Maniema : Un chef coutumier menacé « de mort » après avoir revendiqué 100.000 USD des ayants-droits auprès d’une société minière

Les faits remontent d’il y a près d’un an. En août 2021, la société minière de Maniema (MIMA Sarl) signe un contrat avec GICHON Ventures, une société minière appartenant à deux américains pour notamment exploiter des sites miniers dans le secteur des Babira/Bakwame, en territoire de Punia, dans la province du Maniema. Les démarches étaient amorcées en avril 2021.

Les clauses définies dans ce contrat, estimé à 1.000.000 USD (un million de dollars) sont légions, et profiteraient tout de même aux autochtones. Mais des jours passent sans que rien ne filtre de la suite du contrat pourtant la société américaine exploite déjà des carrés miniers. En avril 2022, les chefs coutumiers écrivent à l’administrateur gérant de la société MIMA afin de revendiquer au moins 100.000 USD sur un million des dollars (1.000.000 USD) tel que conclu dans le contrat comme un dû aux ayants-droits. Le ton sera haussé jusqu’à saisir plusieurs couches tant sociales que politiques du Maniema, même le gouverneur du Maniema à l’époque a été saisi. Le mandataire des chefs coutumiers, Fabien Mupenda, va amplifier la voix jusqu’à subir son sort et être victime des médisances et menaces de toute sorte.

Genèse des menaces de « mort »

Dans le dossier, un proche du cabinet politique du président Félix Tshisekedi est nommément cité. Il s’agit de Juvenal Kabwende Musa, conseiller dans le collège des conseillers en charge des mines au cabinet du chef de l’État. Celui-ci, selon une lettre datée du 23 avril 2022, consultée par Kis24.info, aurait accompagné deux américains Joseph et Jacob au camp Madjuwe, un regroupement des creuseurs des mines d’or. Mais, cette lettre n’affirme ou n’infirme pas que Juvenal Kabwende Musa avait retiré et ou, détourné par la suite 1.000.000 USD, que GICHON Ventures avait donné dont 100.000 USD dollars appartenant aux ayants-droits.

Face aux pressions des chefs coutumiers dans le dossier afin de revendiquer leur dû, Juvenal Kabwende se lance en récidive, les messages, appels et audios portant des menaces de mort contre Fabien Mupenda fusent.

« Trop ou tard, ce garçon Mupenda qui s’amuse à citer très très souvent mon nom comme si j’étais son copain et comme si j’étais un rival politique me rendra des comptes. Il veut nuire à mon travail de conseiller du chef de l’État en citant très souvent mon nom dans le mal… », écrivait-il, selon une correspondance adressée au VPM Daniel Aselo le 03 mai et consulté par Kis24.info

Et de lancer : « …Toi, Mupenda, tant que je suis encore conseiller du chef de l’État, je te ferai quitter ce pays et tu dois chercher un autre Congo pour y vivre, je vais mettre fin à ta vie… », fin de citation.

Dans la foulée, les chefs coutumiers qui alertent sur ces menaces de mort qui pèsent sur l’un d’eux s’interrogent si de quoi Juvenal Kabwende se reproche , et de quoi est-il agité. Selon eux, Fabien Mupenda n’a engagé seul les chefs coutumiers dans l’affaire, simplement qu’il a reçu mandat de les représenter tous, sous réserve de la loi.

« Celui qui menace Fabien, nous menace également ou celui qui oserait mettre sa vie en danger le ferait autant pour nous tous. Juvenal Kabwende n’a pas menacé Fabien Mupenda mais il a menacé à mort toutes les communautés locales du secteur de Babira/Bakwame que nous sommes », lit-on dans cette lettre envoyée au ministère de l’intérieur à Kinshasa, sollicitant l’implication personnelle du VPM Daniel Aselo.

Il convient tout de même d’indiquer que l’administrateur directeur gérant de la société minière du Maniema avait regretté, dans une lettre de réponse aux revendications des chefs coutumiers, une vice de procédure de la part de la société américaine GICHON Ventures et ses complices congolais non mandatés. Mr Luyombo Zakwani a, a toutes fins utiles, encouragé les chefs coutumiers de traduire en justice ceux qui se déroberont des différentes recommandations avec comme objectif le pillage des ressources minières en cas d’application d’un autre accord non-conforme.

Notons que les chefs coutumiers mettent en témoins toutes les autorités, les organisations nationales et internationales pour tout malheur qui pourra arriver à Fabien Mupenda.

Nos efforts pour joindre le conseiller du chef de l’État, Juvenal Kabwende Musa, n’ont pas abouti. Toutes fois, dans plusieurs audios envoyés au mandataire des chef coutumier Me Fabien Mupenda, révélés à notre rédaction, le conseiller semble nier tous les faits et réfute avoir touché à ce près d’un million des dollars, comme pourcentage des ayants-droits coutumiers.

Dossier à suivre !

Serge Sindani

Journaliste Multimédia & Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.