Kisangani / Flash : La résidence du Prof Alphonse Maindo encerclée par les FARDC depuis 4h

Alphonse Maindo Monga, analyste Politologue indépendant et Professeur des Universités est en danger depuis 4 heures du matin. Sa résidence GMB, sise sur la route TP à l’avenue A Bamba, en allant vers Kabondo, est fortement encerclée par les éléments des forces armées qui foncent l’enclos pour pénétrer sa maison.

« Cette nuit du 9 au 10 juin 2022, je suis encerclé dans ma résidence à Kisangani par des éléments des Fardc depuis peu avant 4h du matin. Ils veulent rentrer chez moi mais mes gardiens n’ont pas ouvert. Ils sont là jusqu’à présent. », alerte le Professeur sur sa page Facebook.

Maindo ignore le motif de la présence surprise de cette bande des FARDC aux alentours de sa maison. « S’ils veulent m’arrêter, ils n’ont qu’à dire le motif. Autrement, ils n’ont qu’à me tuer dans ma résidence », ajoute-t-il.

« Je suis cerné par des éléments de l’armée depuis 5h ce matin à ma résidence à Kisangani. Ils exigent de rentrer dans l’enclos. Ils ne disent pas pourquoi. Je n’ouvre pas. », martèle-t-il, ensuite, sur Twitter.

Contacté , Alphonse Maindo ne prend pas son téléphone. Pire, les services de sécurité urbains ne renseignent pas plus sur le cas. Ses collègues condamnent cet agissement et réclament l’ouverture d’une enquête.

« Extrêmement grave ce genre d’agissement que je condamne fermement en réclamant l’ouverture d’une enquête pour remonter la filière de commandement à l’origine de cette incartade militaire sur un Professeur d’université très connu ! », commente le Professeur Bily Bolakonga.

Alphonse Maindo est aussi directeur de Tropenbos INTERNATIONAL , une ONG environnementale basée à Kisangani. Il est tout de même activiste des droits humains.

Dossier à suivre !

Mukendi DavidGaston

Journaliste, poète, slameur, professeur et chrétien

  1. Que le professeur faire l’ouverture du dossier pour savoir l’origine du commandement et le motif.

    1. Chers compatriotes levons nous tous pour dire non non non, faisons de bruits pour que le professeur soit libéré de sa résidence,il est connu pas les éléments de la fardc ,

      1. C’est un analyste les étudiants nous sommes ensemble avec vous mobilisons nous pour que le professeur ne tombe pas entre les mains de ses violeurs de lois

  2. Les militaires vouloir arrêter un Professeur à 4h du matin ?
    Il ne s’agit pas quand-même d’un criminel dont on craint la fuite !
    N’y a-t-il un autre problème ? Nous suivons…

  3. D’abord nous ne savons pas le motif, il est aussi difficile de donner un point de vu .
    Ce qui est de voir ce qu’ on ne peut
    pas venu dans l’établissement principal d’une personne dans de telles heures que lorsqu’il ya un mandat de justice qui vous autorise de perquisitionner le domicile d’une personne .
    C’est mandat c’est mandat d’amener qui doit être précédé d’une simple invitation et autre, en cas de refus qu’on peut faire recours au mandat d’amener pour vaincre la résistance.
    Passer outre c’est la viloation du la présomption d’une innocence considéré comme principe ou droit fondamental de tout congolais.

  4. Vraiment nous ne voulons connaître le motif dont lequel ces gens là veullent ,et le professeur maindo à fait quoi comme crime ?,mais à ce que nous savons il s’agit d’un professeur digne à son nom qui est poursuivi par le FRDC et sa maison est encerclé en ce moment ,alors une question encore une fois est-il vrai que ces gens sont maintenant chez lui ,
    Vraiment notre pays oufff

  5. Ce qui épate le monde actuel le manque de Motif des agresseurs, imaginons depuis 4heures du matin jusqu’à présent et même le service de renseignement n’a pas une certitude dans cette affaire. Que Dieu le protège Mon professeur.

  6. Notre professeur habite dans cette parcelle plusieurs années, les militaires ne sont jamais venus encerclé sa parcelle. Mais pourquoi aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.