Calvaire sur l’axe routier Kisangani-Buta, le prix des produits galopent au Bas-Uelé

C’est un véritable calvaire qui s’observe depuis des mois sur la RN4, axe reliant la ville de Kisangani à celle de Buta, deux chefs-lieux provinciaux. La route est lamentablement délabrée et entraîne la hausse vertigineuse des prix des produits manufacturés dans les marchés du Bas-Uelé.

Selon la société civile citée par la Radio Okapi, les prix des produits ne cessent de prendre l’ascenseur sur le marché de Buta, dans le Bas-Uélé. Et pour cause, la dégradation de la route nationale numero 4, notamment sur le tronçon Banalia-Kole, long de 81 km.

Les produits manufacturés qui alimentent les marchés de Buta proviennent de Beni. Ils passent par Kisangani et Banalia avant d’atteindre Buta, rapporte la Radio onusienne qui ajoute que le tronçon Kisangani-Banalia est érodé par le ruissellement des eaux des pluies. Difficile pour les véhicules de rouler normalement.

Au-delà de la rivière Aruwimi, beaucoup de bourbiers se sont formés entre Banalia et Kole, distants de 81 km. Des camions s’embourbent à tout moment. Les véhicules atteignent Buta difficilement et cela après plusieurs semaines de voyage, renseigne-t-on.

« Un petit soulagement tout de même provient du tronçon Kole-Buta où les grands bourbiers ont été comblés par l’Office de route », a expliqué à Radio Okapi, un membre de la société civile.

À cet effet, les conséquences sont inéluctables sur le marché regrette Raymond Nguz, président de la FEC/Bas-Uele. Les produits manufacturés se raréfient et consécutivement, les prix galopent.

À titre illustratif, un sac de ciment vendu autrefois à 35 000 FC (17.5 USD) revient actuellement à 50 000 FC (25 USD); un sac de sucre coûte de 100 000 FC (50 USD) au lieu de 80 000 FC (40 USD).
La farine de froment a totalement disparu du marché alors qu’un litre de carburant s’achète à 3 500 FC (1.75 USD) voire 3 800 FC (1.9 USD) au lieu de 3000 FC (1.5 USD).

« Le souhait de la FEC est de voir le gouvernement accélérer la réhabilitation de cette route pour son désenclavement total. » explique-t-on.

Avec la Radio Okapi

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.