KISANGANI / Droits et autonomisation des filles orphelines : Un cheval de bataille pour l’ONG LISUNGI à la maison Sainte Bakhita !

En RDC, un pays confronté aux multiples défis sociaux, la création d’un environnement favorable aux droits de l’enfant nécessite une assistance financière dans les secteurs clés, qui prennent en compte les privations des enfants, notamment les jeunes filles plus vulnérables. Il est réel que tous les enfants orphelins congolais ont droit à la vie, à la bonne santé, au loisir, à l’éducation, à un environnement sain et à une bonne alimentation. Les parents, la famille et l’Etat ont l’obligation d’assurer leur survie, leur éducation, leur protection et leur épanouissement.

Faisant de l’autonomisation de la fille orpheline et la reconnaissance de ses droits, son cheval de bataille, l’ONG LISUNGI, avec l’accompagnement financier du Centre Carter, dans le cadre du programme Voix et Leadership des Femmes, a, pendant une semaine soit du 11 au 16 avril 2022, organisé une série de formations notamment liées sur les droits des femmes et jeunes filles, l’autonomisation des femmes, la gestion financière et l’apprentissage des métiers de pâtisserie-boulangerie afin de contribuer à l’autonomisation des jeunes filles de 15 à 18 ans de la maison Sainte BAKHITA, logeant les orphelines à Kisangani.

Dans cette série de formations, Me Alpha Dombi et Me Benjamin Buyangandu ont donné les bases sur les droits fondamentaux des femmes en passant sur la révision de la définition de droit d’après le courant des pensées et selon le plan juridique.

« Nous avons poursuivi la formation sur le droit des femmes et jeunes filles comme thème et la notion de l’injustice en démontrant les enjeux qui ont poussé certains courants ou la ligue des femmes à opter ou légaliser le droit des femmes vu l’injustice qui fut le mobile principal de la discrimination vécue jadis et le résultat produit de cette réclamation donne naissance à la justice qui conduit à l’égalité des genres de nos jours », a expliqué Me Alpha Dombi, coordonnateur provincial de l’ONG LISUNGI.

Dans cette perspective, au moins 20 filles ont satisfait à l’évaluation et ont été renforcées en capacité sur les droits des femmes et jeunes filles orphelines.

En outre, a rappelé le coordonnateur de LISUNGI, les objectifs visés étaient de :

  • Sensibiliser plus de 20 filles de 15-17 ans de la maison Sainte BAKHITA sur les droits et l’autonomisation des femmes et filles ;
  • Former ces filles de 15-17 ans de la maison Sainte BAKHITA sur les métiers de
    pâtisserie-boulangerie et sur la gestion financière et commerciale ;
  • Mettre en place deux centres d’activités de démarrage et de commercialisation
    des produits des métiers appris pour les filles de la maison Sainte BAKHITA.

Il sied de souligner que la formation, tenue au centre saint Laurent à la maison Sainte Bakhita, était participative. Les filles orphelines ont indiqué qu’elles ne savaient rien du droit, mais après la formation, elles sont devenues capable de parler du droit des femmes et ce qu’elle entend du droit.

Rappelons que l’ONG LISUNGI figure parmi les 5 organisations de la Tshopo qui ont bénéficié du financement du centre carter dans le cadre du programme Voix et Leadership des Femmes (VLF).

Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.