Union Sacrée : Ce rôle « important » et « explicite » de la Tshopo

À la table servie de l’Union sacrée, plusieurs convives se réclament les premiers sièges pour goûter à la sauce dont certains n’en connaissent ni cuisiniers ni épiciers.

Si l’Union sacrée pour la nation prônée par le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi va progressivement vers sa concrétisation, c’est grâce d’une part à la participation de la province de la Tshopo à chaque phase de la démarche.

Hier, la déchéance du bureau de Mabunda, l’œuvre de l’élu de la Tshopo Paulin Maembo Gelingi (cadre du MLC), a permis au président de la république de se positionner par rapport à la majorité parlementaire pour matérialiser sa vision.

«  Nous reprochons beaucoup de choses au bureau, des choses qui vont des fautes graves à l’incompétence notoire. il y a l’opacité de gestion des finances de l’Assemblée nationale…» indiquait Paulin Maembo Gelingi, initiateur de la pétition contre Mabunda.

Sur les 484 votants, 281 ont voté OUI pour la déchéance et ce fut le premier combat remporté par Félix Tshisekedi.

Aujourd’hui encore, toujours dans la chasse aux classiques de l’ancien président Joseph Kabila, la province de la Tshopo a marqué sa présence par les signatures des sénateurs MOSISI MOKOTA Mike, NIKOMBA SABANGU Madeleine, BAYUKITA MAKULA James et FIKIRI ALIMASI Dieudonné, tous élus élus de la Tshopo.

« Nous venons par la présente sur pied des articles 27 de la constitution, 23 alinéas 5 et 28 alinéas 2 à 5 du règlement intérieur du sénat, déposer cette pétition en vue d’exiger votre déchéance par l’assemblée plénière du Sénat, de votre fonction de Président du Sénat » peut-on lire de la déclaration du sénateur Valentin GERENGO(MLC) dans la lettre transmise à Tambwe Mwamba par les pétitionnaires.

La pétition visant la déchéance d’Alexis TAMBWE MWAMBA a été déposé au bureau du sénat le mardi 02 février dernier, avec 84 signatures récoltées sénateurs pétitionnaires.

Dans cette bataille où l’actuel président de République sort gagnant face à Kabila, son ancien allié au pouvoir, notamment avec la récupération politique d’une majorité parlementaire, la grande province de la Tshopo a marqué son empreinte. Elle a, à travers ses élus, joué un rôle très « important » et « explicite » pour cette nouvelle donne politique vaincue à coup sûr par Tshisekedi.

Gratius WANDJA

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.