Tshopo: mariage déjà « scellé » entre l’AP et l’exécutif provincial, ça boume-t-il ?

La plénière inaugurale de la session ordinaire de mars a ouvert ce mardi 30 mars à l’assemblée provinciale de la Tshopo. Au cours de cette plénière, Gilbert Bokungu, speaker de l’hémicycle, a annoncé une collaboration parfaite entre les deux institutions provinciales.

Plus rien ne veut empêcher la relation d’amour d’ores et déjà scellée entre deux institutions, en couteaux tirés depuis plusieurs jours. Ça boume déjà. Les dires de Gilbert Bokungu ont été sans impasse et ont laissé transparaître une lueur d’espoir.

C’est sous les acclamations que la plénière a accueilli cette nouvelle. Selon le président de l’organe délibérant, le souci de la 1ère institution provinciale était de voir une collaboration saine avec l’exécutif provincial.

En parlant de la paix, l’allusion doit aussi être faite au climat qui caractérise les relations entre les institutions provinciales de la Tshopo. » a-t-il signifié.

Et d’affirmer que:

Sur ce point de vu, le souci majeur de l’organe délibérant est de voir la province sortir de cette situation qui freine l’élan de son épanouissement. »

Cependant, le président de l’organe délibérant a souligné qu’avec cette réconciliation, la province connaîtra une progression.

Pour ce faire, j’ose croire que la concertation des parties prenantes sur l’intérêt supérieur de la population peut avec le concours de Dieu conduire à une issue heureuse pour le relèvement de notre chère province. » a-t-il poursuivi.

Pour arriver à cette réconciliation, le président de l’Assemblée Provinciale a noté la médiation des notables et des représentants des confessions religieuses.

Toutes fois, nous saluons et félicitons les initiatives des notables et des représentants confessions religieuses pour le processus de la paix entamé depuis un bout de temps entre les deux institutions de la province qui ouvre eventuelement ouvre déjà les horizons vers une paix durable et une collaboration pacifique. » a souligné Gilbert Bokungu.

Il y a presqu’une année, les relations entre les deux institutions n’étaient au beau fixe. Tout est parti d’une motion de défiance initiée contre le Gouverneur Louis-Marie Walle Lufungula. Lors du de vote agité de cette dernière, une confusion dans l’interprétation des textes avait surgi; celle-ci conduisit à un bras de fer entre le gouverneur et l’Assemblée provinciale. Les violons s’accordent d’ores et déjà entre ces deux institutions.

DavidGaston MUKENDI

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.