Tshopo / ESU : face à la « misère généralisée, » les Chefs de Travaux et les Assistants tapent d’un poing sur la table

Les chefs de travaux, les assistants et les bibliothécaires, membres du syndicat national des chefs des travaux et Assistants de la République Démocratique du Congo (SYNACASS), section de la Province de la Tshopo, se sont réunis en Assemblée générale extraordinaire ce vendredi 26 novembre, à la faculté des sciences sociales, administratives et politiques (UNIKIS), afin de passer en revue les conditions générales dans lesquelles ils travaillent.

Au cours de ces échanges, il a été ressorti que ces derniers travaillent dans la misère de manière persistante, statique, injuste et généralisée infligée, selon eux, par les autorités compétentes. Il y a, à l’en croire :

  • la non-mécanisation et budgétisation des membres que l’employeur, l’État appelle avec plaisir les nouvelles unités et les non payés.
  • la non-régularisation administrative de la situation du Personnel Scientifique des institutions de l’ESU
  • le maintien non justifié de l’écart de salaire entre le personnel académique et le personnel scientifique, et ce, en violation flagrante de l’arrêté interministériel Nº ESURS/0036/93 du 25 juin 1993 portant interprétation synoptique d’équivalence des grades qui stipule que l’Assistant à leur grade respectif doit être payé à la hauteur de 50% de traitement d’un Professeur Ordinaire et un Chef de Travaux, 75%.
  • la non-assistance du pouvoir organisateur en matière des recherches à travers les bourses et autres subventions, etc…

Face à ce tableau désastreux dressé, les Chef de Travaux et les Assistants tapent d’un poing sur la table pour exiger notamment :

  • la mécanisation des Assistants non payés et l’alignement des Assistants de deuxième mandat et Chefs de Travaux au grade dès ce premier trimestre 2022,
  • la régularisation administrative du Personnel Scientifique des institutions de l’ESU conformément à son évolution,
  • l’application sans complaisance des textes réglementaires relatifs au barème salarial entre le personnel de l’ESU selon lequel l’Assistant du premier mandat doit avoir la moitié du traitement d’un Professeur Ordinaire et ainsi sera ajusté le traitement du CT au regard du pourcentage du traitement réservé à l’Assistant du premier mandat, etc.

Dans la foulée, ces Chefs de Travaux et Assistants veulent aussi, le leadership légendaire du ministre de l’ESU, Muhindo Nzangi, dans l’octroi de la bourse de recherche, de stages internationaux, des Thèses, DEA et DES aux membres en vue de la relève académique. Bien au contraire, dans cette même déclaration qui a sanctionné leur assemblée extraordinaire, dont une copie a été réservée à Kis24.info, ces enseignants supérieurs émettent l’intention de déclencher une grève sèche et illimitée, au cas de la non prise en compte de leurs revendications.

« Et ce, en accord et solidarité avec le Bureau national et les autres sections provinciales à travers toute l’étendue de la République », préviennent-ils.

Serge Sindani

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.