Beni / Lutte contre la corruption : Les acteurs de la société civile et les journalistes à l’école du savoir

Des défenseurs des droits humains et des journalistes de Beni au Nord-Kivu ont été formés ce mardi 22 février 2022, par l’ONG Action pour la justice, le développement et les droits humains ( AJDDH) sur les techniques de monitoring et d’investigation des cas de corruption courante et électorale.

C’est dans le cadre de la mise en œuvre de son projet  » Élections directes des gouverneurs de province et la lutte contre la corruption, force démocratique et vecteur du changement en RDC » que l’ONG AJDDH a sensibilisé les défenseurs des droits humains et journalistes de Beni sur la lutte contre la corruption courante et électorale.

Selon Jedidia Mabela, chargé des programmes de cette organisation, la formation vise à mettre en place un réseau ou un noyau d’alerte des cas de corruption courante et électorale. Il a indiqué que la corruption reste un fléau qui gangrène le tissu socio-économique en République démocratique du Congo.

« Aujourd’hui, il a été question de réunir les acteurs de la société civile et les journalistes afin de susciter un réseau d’alerte des cas de corruption courante et électorale. Comme vous le savez notre pays vit une situation misérable puisque l’on arrive pas à décoller vers le changement tant attendu parce que la corruption gangrène ou met en mal la gouvernance publique en RDC, mais également le système électoral », a-t-il expliqué à Kis24.info, tout en affirmant que les récentes élections des gouverneurs de province étaient émaillées par les actes de corruption.

« En rapport avec les élections des gouverneurs nous avons affaire avec les gouverneurs qui étaient élus sur base de la corruption et lorsque vous avez des gouverneurs qui sont élus sur base de la corruption ils sont incapables d’imprimer une gouvernance soucieuse de la population ou qui prend en compte les aspirations de la population, c’est pourquoi AJDDH travaille afin de proposer la réforme du mode d’élection des gouverneurs mais comme la réforme ne constitue pas une panacée il faudra aussi équiper les acteurs de la société civile ainsi que les journalistes sur les techniques d’investigation et de monitoring afin d’aboutir à une forme de documentation systématique des tous les cas de corruption que nous observons pour afin améliorer la gouvernance électorale et la gouvernance publique », a fait savoir Jedidia Mabela, chargé des programmes de l’ONGDH AJDDH.

Pour sa part, le journaliste Martial Papy Mukeba de la Radio Okapi, l’un des facilitateurs, a appelé les journalistes d’investigation à faire preuve d’un sens de professionnalisme lors de l’exercice de leur métier.

« Le journalisme est un métier noble mais le journalisme d’investigation est un travail délicat alors il faut faire preuve d’un professionnalisme avéré afin de pratiquer ce genre de journalisme,… », a-t-il dit.

Les participants se sont engagés à lutter contre la corruption courante et électorale dans la région de Beni. Ils ont au même moment mis en place un réseau d’acteurs de la société civile et des journalistes qui vont investiguer sur ce fléau.

Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.