Festival Ngoma 12 : « Le mariage forcé », une réalité en Afrique de l’Ouest (Théâtre)

La femme en Afrique de l’ouest, comment est-elle traitée ? À la douzième édition du festival Ngoma, à Kisangani, le lundi 29 août, la troupe théâtrale Slam Shine, l’a démontré dans une pièce intitulée « Lève-toi ».

« C’est la tradition, tu dois épouser cet homme ! » impose Abdoul à sa fille Fatimata.

Abdoul se montre vorace, pétri de la tradition ancestrale, il veut marier de force sa fille avec un homme de trente (30) ans de plus qu’elle. Et pour ce dernier, la jeune fille est un bien à vendre. La dot se discute entre famille avec toutes les femmes exclues.

« Nous voulons que la femme aussi puisse avoir une place dans la société, une place parmi les hommes » explique Henock Baruti, le père de Fatimata dans la pièce.

‹‹ Lève-toi ››, ce mot qui raisonne dans la tête de Fatimata, pendant que son père négocie la dot. La jeune fille n’a que 17 ans, et, très déterminée à changer la donne. Elle choisit la fuite et prend désormais son destin en main. Musulmane de naissance, elle revient des années plus tard avec celui que son cœur aime, Mathieu, un chrétien. Pendant ce temps, sa mère vit à la manière des esclaves, dans son propre foyer.

« Nous voulons interpeller la conscience de la jeune femme africaine qu’il est temps que toutes ces choses cessent, que les injustices et les mauvais traitements auxquels font face les femmes en Afrique de l’ouest s’arrêtent. » déclare le talentueux comédien Henock Baruti.

Écrit avec une plume comique, cette pièce est un appel à la défense de la femme. À en croire son metteur en scène, « c’est une histoire vécue en Guinée par notre collègue et auteure du texte, Wata Camara ». Il estime que ceci se vit aussi en RDC, cependant « On est souvent pas au courant. Et le quelques fois, c’est toujours en retard ».

Pour sa première, la troupe Slam Shine de Kisangani fait bonne impression devant un public instruit et attentif. Des acteurs évoluant à Kisangani, en majorité des étudiants, se montrent passionnés des arts et veulent se tracer un chemin glorieux. La pièce la Congolo-Guinéenne Wata Carmara a été une interprétation de Henock Baruti, Joëlle Sabrina, Wata camara et Joys Mutima.

Mukendi DavidGaston

Journaliste, poète, slameur, professeur et chrétien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.