UNIKIS : YALI, DKT et les étudiants approfondissent leurs connaissances sur l’impact de la contraception

En marge de la commémoration de la journée mondiale de la contraception célébrée par l’humanité le 26 septembre de chaque année, le réseau YOUNG AFRICAN LEADERS INITIATIVE RDC (YALI), par l entremise de sa coordination provinciale de la Tshopo a organisé une conférence-débat dans le milieu universitaire. L’espace de la Bibliothèque centrale de l’Université de Kisangani a servi des centaines de cadres estudiantins.

Organisée en partenariat avec DKT, une ONG active en santé reproductive, la conférence avait pour thème: « l’impact de la contraception ».
À en croire YALI/RDC, l’objectif poursuivi était de faire connaitre aux jeunes filles étudiantes, jeunes étudiants et les jeunes de diverses associations en place les différentes méthodes contraceptives, les aider à choisir une des méthodes de leurs choix mais aussi de leurs outiller sur certains instruments juridiques qui leur donnent le droit à accéder aux méthodes contraceptives.

Trois intervenants ont défilé devant l’assistance. Dr Germain MUKULANGANDO, coordinateur de YALI RDC dans la Tshopo a développé sa réflexion sur les généralités des méthodes contraceptives. Dans son speech, il a défini les méthodes contraceptives comme un moyen ou un procédé par lequel on arrête momentanément la conception. Il a, à cet effet, cité 4 critères fondamentaux d’une bonne contraception ( la réversibilité, l’efficacité, l’innocuité et l’acceptabilité). Mukulangando a donné les deux grandes catégories dont les méthodes traditionnelles et méthodes modernes parmis lesquelles « on a deux sous catégories dont les méthodes artificielles et naturelles chacune avec plusieurs types dont 10 types sont utilisées en RDC : les injectables, les implantables, les comprimés, etc.»

Et à lui de donner le tableau récapitulatif de l’efficacité de chaque méthode dont la méthode chirurgicale etait à première place puis il a chuté en demandant aux publics de consulter le médecin pour avoir plus de conseils avant de choisir une méthode adaptée à son état de santé

De son côté, le CT Albert WEMBANKOY, l’un des responsables de l’ONG DKT, a axé ses idéaux sur les bénéfices de la contraception. Il a évoqué les avantages sociaux, économiques et sanitaires pour chaque catégorie, la femme, l’homme , les jeunes et la famille.

Par ailleurs, Me Blaise MONDUKA a apesenti son allocution sur le droit à la santé sexuelle et reproductive qu’a chaque citoyen et a soulevé l’accord de Maputo.

Après ces intervenantions, plusieurs questions ont étés posées et répondues tour à tour et les observations ont été notées. À titre de rappel, le réseau YALI RDC est formé des anciens boursiers ou alumni de RLC ET MWF ainsi que les non alumni et a vu jour en décembre 2016, dans la Province de la Tshopo, la plus grande province en RDC et Kisangani, la troisième ville du pays. Le réseau a connu deux coordinations provinciale dont la première dirigée par Me Blaise MONDUKA et la seconde par Dr Germain MUKULANGANDO.

RÉDACTION

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.