UNIKIS/ Présidence de l’APUKIS : « Les Professeurs ont voté par SMS », des irrégularités mises à nu

Le 23 juillet 2022, les professeurs de l’UNIKIS ont procédé aux élections des nouveaux animateurs de leur association dénommée APUKIS. Les Professeurs Ngute Novato et Ngoto Ngalingi, y sont sortis vainqueurs, et sont désormais Président et Vice-président, se succèdant à leur propre trône.

À en croire un rapport parvenu à Kis24.info, le Professeur Grison-Trésor Kakumbi, secrétaire et rapporteur du bureau sortant, l’organisation de ces élections a été « opaque et non crédible ». Ce rapport dénude toutes les irrégularités et renseigne que le Président, réélu à sa propre succession, a fait recours à des moyens illégaux pour « se maintenir de force à la tête de l’APUKIS afin de poursuivre son intérêt personnel avec ses alliés’ ».

Des Irrégularités constatées

D’après le signataire dudit rapport, sur le plan procédural, l’organisation de ces échéances, du départ jusqu’à la fin, a eu lieu dans un groupe WhatsApp, dont seul Ngute Novato est l’administrateur. Grison-Trésor Kakumbi évoque même une réunion convoquée unilatéralement par le Président de l’APUKIS, tenue aussi à l’absence des autres membres du bureau sortant, avec le quorum n’étant pas atteint. Bien plus, conformément au règlement, le bureau ne devait pas siéger et les décisions prises dans ces conditions seraient illégales.

« Les membres du Bureau se plaignent d’usurpation et d’abus du pouvoir. Certains par souci de paix, préfèrent se taire et se retirer calmement », souligne-t-il.

Et en plus de celà, plus de trois quart des membres de l’APUKIS n’a pas été averti « non seulement des élections de ce 23 juillet mais encore et surtout de nouvelles règles de jeu improvisées par ce dernier (Ngute Novato), à savoir le vote à distance par SMS ». Le philosophe Grison-Trésor Kakumbi conteste aussi l’équipe du Professeur Gaston Kimbwani, ayant supervisé les élections.

Notre source renseigne qu’il a été nommé par le Président seul, sans obéir à la procédure légale.

S’agissant des profils des certains candidats, précisément le candidat vice-président, Professeur Ngoto Ngalingi, et candidat président, le rapport affirme que le premier ne résidant pas à Kisangani, a été candidat virtuel et le second a un casier judiciaire sombre sur le plan administratif. Pour lui, si les élections étaient convoquées en bonne et due forme, les deux précités ne seraient pas valides.

Le Ras-le-bol

Au comité de gestion de l’université de Kisangani, le secrétaire du bureau sortant souhaite voir l’annulation des élections « par souci de paix dans le corps ». Et, il propose un nouveau scrutin suivant la procédure légale.

À la coordination nationale du RAPUCO, il appelle à ne pas reconnaître l’actuel bureau « issu de la fraude électorale », en plus de ceci, « ne plus associer le Professeur Antoine Ngute, ni de recevoir le Professeur Ngoto Ngalingi pour le compte de l’UNIKIS jusqu’aux élections des nouveaux membres du bureau ».

À ses pairs de l’UNIKIS, de se mobiliser pour barrer la route à une dictature qui s’installe pendant quatre ans par le Professeur Ngute. Toutefois, dans le cas où le professeur Antoine Ngute s’installe avec son Bureau issu de la fraude électorale, le Professeur Grison-Trésor préconise le retrait de confiance via une pétition afin d’ouvrir les voies de nouvelles élections crédibles, transparentes et démocratiques dans le respect des textes.

À noter que le Professeur Grison-Trésor Kakumbi Belumba était candidat président.

Mukendi DavidGaston

Journaliste, poète, slameur, professeur et chrétien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.