Tueries en Ituri : Dénonçant « un génocide », Jean Bamanisa appelle à une prise de conscience collective

La province de l’Ituri est dans une psychose généralisée après la tuerie en grande échelle d’au-moins 56 personnes déplacées internes, une attaque perpétrée par les rebelles de la CODECO qui a ciblé mardi 01er février 2022 le site de Pleine Savo dans le territoire de Djugu. Ces derniers actes cruels des miliciens continuent d’inquiéter tristement les Congolais.

À son tour, larmes aux yeux, l’ancien gouverneur de l’Ituri, Jean Bamanisa Saïdi pleure ses siens et condamne vivement l’impasse insécuritaire dans laquelle la population Iturienne fait face. Dans un message de condoléances adressé à l’Ituri, dont la teneur est parvenue à Kis24.info, l’ancien gouverneur de la grande Orientale dénonce « un génocide » qui poursuit son cours normal dans les territoires en proie aux théâtres des massacres en série. Il s’agit de Djugu, Mahagi et Irumu.

Selon lui, « les effets collatéraux indescriptibles sur toute la population, son sol, son économie, sur les hommes en armes de nos forces de défense victimes victimes lors de la défense des populations. La nation leur reconnaîtra leurs sacrifices ».

Et d’ajouter : « Ces citoyens doivent être reconnus au rang des ; « Martyrs et victimes du génocide iturien, »
dont les déracinements, destructions,les tueries ciblées,les handicaps corporels, des tueries ciblées de plus de 5.000 personnes, les traumatismes de centaines de milliers de personnes ».

Face à ce tableau noir, Jean Bamanisa suggère une prise de conscience générale, et que les missions de sécurisation assignées au commandement de l’État de siège devraient être poursuivies sans relâche.

Dans la foulée, l’ex-gouverneur de l’Ituri a tenu à présenter ses compassions et condoléances aux familles éprouvées et à toute la population Iturienne enduillée.

D’un silence insensible face au génocide qui se poursuit, « nous devons changer de Narratif », a-t-il martelé.

Ruth Musana

Journaliste reporter, Chanteuse et Modératrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.