Tshopo / Tour à flux de carbone de Yangambi : une véritable contribution à la valorisation du potentiel forestier de la RDC

Haut de 55 mètres dont 15 mètres au dessus du couvert forestier (canopée), la tour à flux de carbone de Yangambi est la première du Bassin du Congo avec l’objectif de mieux comprendre la contribution des forêts tropicales à l’atténuation du changement climatique et aussi sert à l’étude des échanges de gaz à effet de serre entre la forêt et l’atmosphère. Cet outil constitue véritablement une parfaite contribution à la valorisation du potentiel forestier de la RDC.

Le gouvernement congolais via Eve Bazaiba, Vice-Premier Ministre Ministre de l’Environnement et du Développement durable, a effectué une première visite mardi 18 janvier 2022 pour faire du concret par rapport à cet investissement important dans le domaine de la lutte contre le changement climatique.

Avec le Gouverneur a.i.de la Province de la Tshopo Maurice Abibu, le Professeur Pascal Broeck de l’université de Gand en Belgique, Eve Bazaiba a escaladé cette tour de 55 mètres. Véritable travail de titan aux allure de courage pour atteindre la hauteur, selon les explications sur le fonctionnement de cette tour située dans la forêt tropicale de Yangambi, alimentée par l’énergie verte.

Plus de deux heures de visite qui conforte la position de la RDC comme Pays-Solution face à la crise du changement climatique au monde. La contribution des partenaires à la valorisation du potentiel forestier de la RDC a été saluée par le gouvernement.

« Aujourd’hui, avec des données produites par cette tour, on peut avec conviction confirmer que la RDC est le premier poumon du monde en terme de séquestration de carbone. Cela est une fierté et une responsabilité à protéger davantage nos forêts tropicales. Nous saluons cette coopération avec les différents partenaires et nous pensons que ce projet va s’étendre à d’autres forêts de notre pays pour avoir davantage des données scientifiquement prouvées sur notre capacité à sequestrer le carbone », a dit Ève Bazaiba à sa descente de la tour à flux.

« Nous sommes honoré de la visite de la Vice-Premier Ministre et nous sommes encouragé dans notre démarche qui s’inscrit dans la contribution à la valorisation du potentiel forestier de la RDC et du Bassin du Congo », s’est félicité le Professeur Pascal BOECHK de l’université de Gand en Belgique.

« Il faut protéger jalousement cet investissement », a, pour sa part, lancé pour sa part, Maurice Abibu, Gouverneur a.i.de la Tshopo à sa population.

Construite par l’Université de Gand, le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR), la société R&SD et l’École régionale post-universitaire d’aménagement et de gestion intégrés des forêts tropicales (ERAIFT), en partenariat avec l’Institut national d’études et de recherches agronomiques (INERA), la tour à flux de carbone de Yangambi est opérationnelle depuis début octobre 2020.

Il faut noter que cette structure comblera un énorme déficit de données sur l’importance des forêts humides africaines dans la capture des émissions mondiales de carbone, les changements dans les régimes pluviométriques locaux et régionaux, et l’effet de la dégradation des forêts et de la déforestation sur le réchauffement climatique.

Serge Sindani

Journaliste Multimédia & Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.