Tshopo: sous pressions, le chef-rebelle « NzambeLumumba » et ses 31 adeptes transférés à Kinshasa

Le chef-rebelle du mouvement mystico-religieux « NzambeLumumba », le faux Guy Lumumba, ses 31 adeptes et un chef-rebelle des Mai-mai Simba, opérant dans la région de Wanie-rukula, ont été transférés mardi 09 Mars à Kinshasa, la capitale congolaise, apprend Kis24.info, d’un communiqué lu à la RTNC sous station de Kisangani.

Ces derniers, auteurs d’un scandale sécuritaire commis vendredi 19 février à la première avenue du quartier des musiciens, en plein centre de Kisangani, ont été arrêtés et jettés en prison. Alors que le procès s’était ouvert contre ces rebelles accusés de participation aux mouvements insurrectionnels, association des malfaiteurs, la pression a été remontée par l’hiérarchie afin de poursuivre ces audiences au niveau de la capitale congolaise, vu la gravité des actes criminels perpétués lors des récentes attaques et autres formes d’insécuriser la ville de Kisangani.

D’après le communiqué du conseil provincial de sécurité, ces rebelles NzambeLumumba et Mai-mai Simba seront jugé de manière transparente dans ma capitale. La poursuite judiciaire enclenchée au niveau de la province contre ces hors la loi de grand chemin se poursuivra donc dans la capitale, rassure-t-on.

Occasion faisant le larron, le gouverneur Walle Lufungula appelle la population de sa juridiction au calme et à faire confiance à la justice congolaise. Il a tout de même, rapporte le communiqué, demandé ses semblables à grader la vigilance tout azimut afin de pérenniser les acquis de la stabilité sur toute l’étendue de sa province.

Ainsi, les yeux des Tshopolais restent braquer sur Kinshasa qui pourrait condamner ces criminels ayant endeuillée la ville de Kisangani et terrorisée cette ville martyre.

Rappelons, vendredi 19 février, des scènes horribles se sont intervenues en pleine journée dans la ville. Une bande de milice a échangé des tirs avec des éléments des forces loyalistes. Ces accrochages se sont soldés par mort d’hommes de tout côté et des blessures par armes.

Serge SINDANI

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.