Tshopo/Saga judiciaire après la déchéance du Gouv Walle: Théoveul Lotika croit à la vraie justice !

Devant une saga judiciaire intentée contre l’assemblée provinciale ayant « débouté » l’exécutif Walle Lufungula à l’issue du vote d’une deuxième motion Jeudi dernier, les députés provinciaux n’ont la peur bleue. Toute la confiance est donc placée à la justice équitable et crédible. C’est le cas de Me Théoveul Lotika, élu de Kisangani qui s’invite dans le débat d’idées au tour de la guéguerre politique dans la Tshopo.

Nous avons confiance à notre justice, particulièrement à la Cour Constitutionnelle.
Nous avons voté cette motion en conformité avec les textes légaux et réglementaires, y compris la constitution de notre pays »
s’est exprimé au cours d’une interview accordée à quelques journalistes de la ville de Kisangani, dimanche 18 avril 2021, soit 72 heures après le vote de la motion de censure contre le gouvernement provincial de la Tshopo.

Entendu que les choses n’allaient pas dans le sens de l’amélioration de la gestion de la chose publique en province de la Tshopo, les députés provinciaux ont décidé de déchoir pour la deuxième fois le gouvernement provincial à l’intervalle de 10 mois après la première motion.

…Il y avait beaucoup de menaces et la minorité de gens dont leurs réactions préparaient des choses incompréhensibles contre l’Assemblée Provinciale, surtout de notre groupe, les motionnaires cela ne nous a pas empêché de travailler dans la sérénité… » dit-il par la suite.

Réagissant sur les particularités de cette deuxième motion en l’espace de 10 mois, Théoveul Lotika Likwela, juriste de formation et de carrière, avocat au barreau de la Tshopo, estime que le gouverneur « déchu » n’a pas eu cette fois le temps de se remettre en cause et retrouver la voie de la raison. Lotika rassure cependant avoir confiance à la Cour Constitutionnelle.

Seulement, nous avons noté avec satisfaction que la Cour d’Appel et la Cour Constitutionnelle soient saisies à cet effet, la première citée vient de rendre son arrêt en défaveur de Walle, nous attendons maintenant que la Cour Constitutionnelle se prononce. » poursuit-il.

A lui d’ajouter :

…Après avoir lu la requête, je suis très rassuré et confirme que le gouverneur déchu ne peut aucunement gagner un procès avec ses prétentions farfelues qu’il a amené par devant la Cour Constitutionnelle, je reste confiant quant à l’issue de ce feuilleton et fais totalement confiance à la Haute Cour… »

S’agissant des agitations et autres sentiments des chantres à la solde du gouverneur déchu, Théoveul Lotika trouve normal que ces gens se comportent de la sorte, puisqu’ils défendent et partagent leurs sentiments en appartenant au camp du désespoir. Il regrette tout de même que ces gens ont poussé le culot très loin jusqu’à citer les autorités judiciaires au niveau de la Haute Cour qui auraient des accointances avec le gouverneur déchu.

Et le président de la commission
PAJ de l’Assemblée Provinciale de la Tshopo de rassurer quiconque aurait tendance à confondre les choses que: « …la motion n’est pas un moyen de contrôle ordinaire comme tous les autres moyens. En principe, la motion est un acte dont dispose un groupe de députés provinciaux pour mettre en cause la responsabilité de l’exécutif provincial ou d’un membre de l’exécutif. Cela dépend du type de la motion. »

La motion de censure est largement différente des autres moyens de contrôle; question d’actualité, question orale avec ou sans débat entre autre.

Théoveul Lotika se félicite du fait que l’Assemblée Provinciale a veillé cette fois que la procédure soit respectée, du dépôt jusqu’au vote de la motion de censure du 15 avril 2021.

« La motion n’a souffert d’aucune irrégularité, » affirme maître Théoveul Lotika Likwela qui félicite en passant ses collègues députés provinciaux motionnaires et appelle à cette occasion la population à rester calme et observer les choses tellesqu’elles sont parce que: « Nous avons fait les choses selon les règles de l’art et le gouvernement provincial est déchu, le gouverneur est destitué de la même manière qu’il avait été élu par les députés provinciaux. Il est clair que Walle Lufungula avait perdu la majorité à l’Assemblée Provinciale de la Tshopo il y’a de cela 10 mois et il n’a jamais si comment la reprendre. » a-t-il renchéri.

La gouvernance actuelle en Rd-congo voudrait que pour diriger une institution politique, particulièrement une province, il faut avoir nécessairement une majorité au sein de l’Assemblée Provinciale.
Le gouverneur déchu n’était pas en mesure de se trouver une majorité confortable au niveau de l’Assemblée Provinciale et cela atteste clairement que toute action initiée au niveau de cet organe délibérant a des impacts négatifs sur lui.

Et déjà, ce mardi, les cartes seront jouées sur la table. Du côté de Walle, on apprendrai une main noire montée de toute pièce depuis la capitale afin d’obtenir la raison dans son camps.

Wait and see!

RÉDACTION

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.