Tshopo: les acteurs de santé notifient des cas « préoccupants » des VIH pédiatriques chez les enfants de 0 à 5 ans

C’est au cours d’un atelier d’évaluation du projet de renforcement de l’engagement des organisations confessionnelles dans l’accélération du diagnostic précoce et du traitement des enfants vivant avec le VIH, tenu le samedi 28 août dernier à Kisangani, que les acteurs de santé venus des différents territoires de la Tshopo, ont fait remarqués des cas préoccupants des enfants de 0 à 5 ans vivant avec les VIH.

Ces assises, organisées par la Caritas Développement Kisangani, ont eu lieu en présentiel des membres de la Caritas Congo et plusieurs acteurs de santé dans la Tshopo dont les infirmiers titulaires des nombreux centre de santé que regorgent l’archidiocèse de Kisangani notamment à Banalia, Yangambi et dans la ville de Kisangani. Elles interviennent aussi après une campagne de dépistage gratuit et de traitement des maladies dont le VIH/SIDA chez les enfants de moins de 5 ans.

La campagne réalisée au mois de Juin 2021 à Kisangani, Banalia et Yangambi, a produit des données chiffrées et probantes. Au moins 36 enfants soit 2.37% sur 1.516 ont été testés Positifs aux VIH dans les 7 zones de santé de la Tshopo.

Pour le Dr Olinda du programme national de lutte contre le SIDA (PNLS/Tshopo), les cas sont préoccupants et nécessitent des interventions rapides. Selon lui, dans l’ancien temps, on parlait des VIH pédiatriques dans la Tshopo mais sans données ni chiffres. Cette campagne a révélé des réalités ignorées.

«Dans le VIH, lorsque c’est plus d’un pourcent , c’est-à-dire qu’il y a un problème de santé publique. C’est vraiment de l’infection généralisée et s’affecte nos enfants. Nous allons tout faire pour que nous puissions atteindre ces enfants. (…) Du côté des VIH pédiatriques, les gens se cachent encore et nos enfants ont des VIH. Et surtout avec le problème de stigmatisation, les gens ne viennent pas dans les formations médicales parceque le VIH c’est encore un tabou dans la Tshopo.» a-t-il souligné.

Remerciant la Caritas Développement Kisangani, le Dr Olinda a, en outre, demandé à celle-ci de faire un plaidoyer pour qu’il y ait une meilleure prise en charge de cas notifiés.

De leur côté, la délégation venue de Kinshasa s’est dite « satisfaite » de la réalisation de cette campagne de dépistage volontaire et de traitement gratuit des maladies chez les enfants de 0 à 5 ans. Le Dr Jean Munongo, Coordonnateur national de Service de promotion de la santé à la caritas Congo Asbl a, ainsi, remercié les acteurs intervenus dans cette campagne, tout en rassurant que la Caritas Congo ne va pas se taire face à ce danger de santé.

Nicole ETETE

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.