Tshopo : Go des projets innovants du programme Voix et Leadership des Femmes

Mettant en œuvre le programme « Voix et Leadership des Femmes » (VLF) en RDC, une initiative financée par les affaires mondiales Canada, le Centre Carter vient de donner le go pour les activités liées aux cinq (5) projets innovants retenus dans la province de la Tshopo. Ce mercredi 06 avril, la salle JL Ridja, de l’alliance française de Kisangani a servi des cadres pour cette cérémonie officielle, présidée par la ministre provinciale en charge du genre, famille et enfants, sous la facilitation de l’ONG Congo en Image (CIM), qui met en œuvre le programme VLF dans la Tshopo.

Droit dans les bottes, dans l’optique d’appuyer les défenseurs des droits des femmes et les organisations féminines dans leurs efforts à mettre en place des approches innovantes, le centre carter a, en juillet 2021, lancé un appel à projet à caractère innovant pour l’avancement des droits des femmes et la progression de la promotion de l’égalité des sexes. Dans la Tshopo, 5 propositions des sujets ont été sélectionnées. Kis24.info présente en grosso modo la quintessence exclusive desdits projets.

  1. Le projet « promotion de l’entrepreneuriat féminin »
Me Rachel Kabamba, coordonnatrice du réseau des juristes engagés dans la lutte contre les VBG

Ce projet innovant vise notamment à garantir la jouissance des droits fondamentaux des femmes et filles, afin de mieux intégrer les aspects relatifs à l’égalité Homme-Femme dans trois communes de la ville de Kisangani (Kabondo, Tshopo et Lubunga). Il est porté par le réseau des juristes engagés dans la lutte contre les violences basées sur le genre (RJELVG).

Selon Me Rachel Kabamba, coordonnatrice provinciale, ce projet touche l’aspect de l’entrepreneuriat des femmes et filles dans le souci de combattre les multiples formes de violences basées sur le genre et parvenir à l’autonomisation des femmes et à l’égalité des sexes dans la Tshopo.

Ainsi, plusieurs résultats sont attendus. En gros, le RJELVG veut obtenir le changement de mentalité et l’adhésion de toute la communauté sur le respect des droits fondamentaux des femmes, capables de devenir autonomes et performantes dans la gestion de leurs fonds et épargne.

  1. Le projet « Dénonçons les VBG »
Me Bénédicte Makusi, présidente de l’Ong AFPDV

Il est mis en œuvre par l’ONG Actions des femmes pour la protection et la Défense des vulnérables (AFPDV). Dans sa présentation, Me Bénédicte Makusi Ndasi, présidente, a souligné que leurs cibles seront les personnes vivant Handicap d’où, a-t-il confié, les handicapés physiques, personnes vivant avec albinisme, aveugles et les sourds muets.

« L’objectif est d’amener les personnes vivant avec Handicap, surtout les femmes, à dénoncer toutes formes des violences faites à leurs égards », a-t-elle précisé, tout en indiquant que le résultat attendu est le changement de mentalité et les lieux d’exécution sont les écoles des sourds muets (espoir et Bartimée) ainsi que le quartier Kikanga à Kisangani.

  1. Le projet de protection des femmes et filles contre le VBG à Lubunga
Me Grâce Komba, coordonnatrice de SJPSFE

C’est l’ONG Secours Juridiques, Psychologique et Sanitaire des femmes et des enfants (SJPSFE) qui va piloter ce projet innovant dans la commune Lubunga, rive gauche du majestueux fleuve Congo.

« (…) Vu le taux fort de l’analphabétisme remarquable au sein de ladite commune, les hommes n’arrivent pas à respecter les femmes dans leurs foyers et les filles sont abusées par les harcèlements, viols, grossesses précoces etc. le SJPSFE veut accompagner cette communauté à changer le comportement afin d’éradiquer toutes formes de violences faites aux femmes », a expliqué Me Grâce Komba, coordonnatrice de cette structure.

  1. Le projet MOSEK’A
Me Alpha Dombi, coordonnateur de l’Ong Lisungi

Celui-ci est piloté par l’ONG Lisungi dans l’optique de contribuer à l’autonomisation des jeunes filles, surtout orphelines, de 15 ans à 18 ans, afin de leur permettre de se préserver de la misère et de l’oisiveté et de pourvoir à leur subsistance à l’âge adulte.

« C’est dans cette optique que le projet MOSEK’A a été réorienté vers le centre sainte Bakhita, à Kisangani », a signifié Me Alpha Dombi Ahuka, son coordonnateur dans la Tshopo.

Il sied de noter que le représentant du cinquième projet n’a pas été présent. Il s’agit du projet innovant « Etumba na Bobola » qui sera mis en œuvre par le Bureau Diocésain d’Isangi.

En rappel, le programme Voix et Leadership des Femmes vise entre autres, l’accroissement de l’efficacité des plateformes, des réseaux et des alliances des organisations de défense de droits des femmes aux échelles locales, provinciales et nationales pour influer sur les changements des politiques, des législations, et des normes et pratiques discriminatoires à l’égard des femmes et filles. Ce programme est financé par les affaires mondiales Canada pour une durée de cinq ans.

Redaction

  1. Le lancement officiel marque le début des activités dans toutes les entités prévues par le projet. Sauf qu’étant donné que les élèves sont partis en congé de Pâques, nous sommes sensés attendre leur retour.

    Me Bénédicte MAKUSI/AFPDV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.