Tshopo : Face à « une anarchie administrative » à Isangi, Abibu Sakapela donne une leçon à l’AT Mimbenga

C’est un véritable duel administratif observé depuis plusieurs mois à Isangi, une entité territoriale déconcentrée qui s’étend à plus de 150 km en aval du fleuve Congo, à l’ouest de la ville de Kisangani. L’administrateur du territoire d’Isangi, Joseph Mimbenga, et un chef de secteur légalement installé, Mr Joseph Limbili Lolesa, se tirent à boulets rouges.

Alors que ce dernier assumait l’intérim dans le secteur des Yawembe à Isangi, après la mort du chef Leta, Mr Limbili Lolesa s’est vu suspendu par une décision prise illégalement et en complicité avec des autorités provinciales compétentes. Contre toute attente, Joseph Mimbenga a, ainsi, nommé à la tête du secteur des Yawembe, Mr Bangala Léon, un ancien inspecteur urbain de la PMEA à Kisangani. Le feuilleton se poursuivra jusqu’à même à la justice.

Saisi, le ministre provincial de l’intérieur, Jean Tongo Bandamali, a pris ses responsabilités en suspendant les effets d’une commission d’affectation prise par la division provinciale de la fonction publique qui avait reconnu illogiquement Mr Léon Bangala à la tête du secteur des Yawembe.

Après plusieurs confrontations à la justice de Kisangani, la cour d’appel a rendu un arrêt réhabilitant Limbili Lolesa dans ses fonctions. Mais, apprend Kis24.info, l’homme fort d’Isangi, Joseph Mimbenga, s’est montré seul maître des céans. Des sources concordantes révèlent à Kis24.info que l’administrateur ne veut toujours pas cédé et maintient sa position, étouffant ainsi les décisions judiciaires légales. « D’ailleurs, Limbili Lolesa a déjà été victime de coups de boxe lui administrer par l’AT, alors qu’il voulait prendre son fauteuil », raconte une source locale.

La leçon administrative du Gouv ai Abibu Sakapela

Après de mouvements de protestation contre la gestion chaotique de l’administrateur d’Isangi Joseph Mimbenga, organisés par la société civile locale et le non respect de la décision de la justice, Abibu Sakapela a dû, maintenant, prendre ses responsabilités régaliennes. Tout est déjà noir sur blanc.

Dans une correspondance parvenue exclusivement à Kis24.info, portant une signature du gouverneur Abibu Sakapela, la leçon est donnée. Joseph Mimbenga est administrativement recadré par sa hiérarchie. Selon Abibu Sakapela, ni lui ni l’administrateur n’a compétences dans cette matière.

« Pour ce faire, au regard des faits énoncés dans votre précitée, je tiens à informer le destinataire principal de votre précitée qui me lit en copie, qu’un chef de secteur ne peut être suspendu que sur ordre de son excellence le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières selon la note circulaire Nº25/013/VPMMININTERSECAC/GKM001/2020 du 25 mars 2020 de son excellence Monsieur le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur (..) », a-t-il lu, dans ce document signé le 09 mars 2022.

Dans la foulée, des indiscrétions affirment que l’AT Mimbenga tiendra une parade ce lundi 14 mars 2022, dans laquelle il compte, sans tenir compte des exigences de l’état de droit, nier catégoriquement ce document signé par le Gouverneur Abibu Sakapela. Mr Mimbenga piétine ainsi la justice au clair des jours.
Tous nos contacts pour avoir sa version des faits sont jusque-là vains.

Dossier à suivre !

Serge Sindani

Journaliste Multimédia & Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.