Tshopo: Eugénie Wandandi opposée à la proposition de loi Mbau, « C’est chosifier la femme. Il ya des dots de 100$ à Kisangani »

En réaction à la proposition de loi du député national Daniel Mbau portant sur la détermination des frais de la dot qui doit être fixé à 500 dollars dans les régions urbaines et 200 dollars dans les régions ruraux, Eugénie Wandandi, maire-adjointe de la ville de Kisangani, se montre « opposée » aux démarches de l’élu du Mont Amba à Kinshasa, la capitale.

Dans une interview exclusive accordée à Kis24.info le 31 juillet dernier à l’occasion du 59e anniversaire de la journée internationale de la femme africaine, Eugénie Wandandi Biekusa a fait une lecture négative face à cette proposition de loi. Selon elle, la loi Mbau est défavorable à la femme elle-même et ainsi qu’aux hommes qui ne savent pas que c’est à leurs défaveurs.

« On n’est pas tous nés des bonnes familles. Il y a des pauvres. Jusque-là chez nous à Kisangani, il y a des dots de 100 dollars. Allez-y comprendre un monsieur qui n’a pas des moyens avec sa famille ne peut pas honorer sa fiancée parce qu’il n’a pas 500 dollars. » regrette-t-elle.

À elle de renchérir qu’en soi, venir doter une femme a un caractère d’honneur. Cependant, dit-elle, fixer la dot à 500 dollars, c’est chosifier la femme.

« Étant qu’une femme leader politique, je ne peux pas accepter que la femme soit chosifiée en nous fixant une somme pour dire dorénavant c’est 500 dollars la dot. Ça ne sera pas possible parce que ça sera en défaveur des pauvres gens qui n’auront pas la possibilité de 500 dollars et ça sera aussi en défaveur des autres qui voudront bien honorer leurs femmes. » a-t-elle ajouté.

La dot n’est la valeur d’une femme plutôt un symbole

C’est sans surprise ce qu’on peut comprendre de la réaction à choc de la maire-adjointe de la ville de Kisangani à propos de cette proposition de loi, au cœur des débats au pays.

« La dot c’est un honneur qu’on veut donner à sa femme. Si tu estimes que je veux honorer ma femme à autant des milliers de dollars parceque c’est ce qu’elle représente ok mais ça n’égale pas la valeur des femmes. C’est symbolique. 100 milles dollars, 50 Milles ne seront jamais la valeur d’une femme. À plus forte raison 100 dollars. La dot est une quelque chose d’estime, voire la volonté de la personne qui vient doter. » hausse Eugénie Wandandi Biekusa tout en s’interrogeant : « Si quelqu’un n’a que 50 dollars pour doter ta fille , et qu’il aime sincèrement celle-ci, pour quoi refuser ? Pourquoi rendre la vie difficile aux pauvres ? »

Femme politique et dynamique, haut cadre du PPRD dans la ville de Kisangani, Eugénie Wandandi a tout de même estimé qu’en lieu et place de proposer des lois pour chosifier la femme, il vaut mieux proposer celles contre la pauvreté en RDC. Pour elle, il est même inadmissible aujourd’hui que la dot va même au-delà des coutumes Congolaises.

Notons qu’àprès celle sur la congolité, la proposition de loi promet de faire couler beaucoup d’encre et salive. Le député national Daniel Mbau Sukisa a déposé le 21 juillet 2021 une proposition de loi relative à la modification de la loi N•87-010 du 1er août 1987 portant code de la famille. À en croire l’élu de la circonscription électorale de Mont Amba, la réforme proposée repose essentiellement sur les travaux préparatoires du code de la famille de 1987 et de 2016 ainsi que les riches et abondants travaux de la commission de réforme du Droit congolais.

Serge SINDANI

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.