Tshopo : du tohu-bohu à l’Assemblée provinciale, la session budgétaire 2022 va à la dérive (Dossier)

Ouverte depuis le début du mois de janvier 2022, la session extraordinaire, à l’Assemblée Provinciale de la Tshopo, n’a toujours pas fait l’essentiel. Après des reports, la plénière finalement tenue ce vendredi 07 janvier a été aussi suspendue pour le lundi 10 janvier prochain. À la base, les députés provinciaux ont largement brillé par leurs absences. Sur les 28 qui composent l’hémicycle de la Tshopo, seuls 11 se sont présentés à la plénière de ce jour.

Cette situation suscite du tohu-bohu au sein de l’Assemblée provinciale qui peine de voter la nouvelle ligne budgétaire pour l’exercice 2022. En gros, la session extraordinaire va à la dérive. Si le bureau accuse l’absence « injustifiée et perpétuelle » des élus, ces derniers par contre avancent des raisons qui leurs sont propres.

« Fort malheureusement, présentement, nous avons des sessions que nous renvonyons suite au mauvais comportement des députés. Sincèrement, il y a certains députés parmi nous qui ne savent pas leur rôle ou soit leur mission. Je mets toute la communauté en témoin, parmi nous, certains députés n’aiment le travail », a dénoncé Bernardin Angula, président de l’Assemblée provinciale faisant l’intérim de Gilbert Bokungu. Ce dernier avait déjà mis en garde les députés absentéistes à la plénière brandissant des poursuites allant même jusqu’à perdre leurs mandats. Rien à changer.

Les dessous inédits de l’affaire

D’abord, si cette session extraordinaire convoquée surtout pour l’examen du budget 2022, avance difficilement ou quasiment pas, certains députés provincaux soulèvent d’abord le problème financier. Ils ne sont pas payés ni bien traités, vociférent certains d’entre eux.

Tenez pour plus de détails, l’Assemblée provinciale n’as pas de budget pour tenir jusqu’au bout de cette session. Et, parmi d’autres causes de ce quasi échec, les députés provinciaux sont à plusieurs mois impayés, seul le mois de décembre a été payé. Ils s’estiment mal traités. « Certains d’entre eux manquent même le carburant pour le déplacement », a déploré un député sous anonymat. La même source nous a révélé que les titres des voyages pour cette session n’ont pas été aussi délivrés.

Autre souci, les documents contenants le budget 2022 présente beaucoup « de lacunes ». Incomplets, ces documents manquent par exemple les fiches de dépouillement. Mais aussi, la somme recommandée par les experts pour examiner le dit budget n’a été versée qu’à la hauteur de 34%.

À en croire les députés provinciaux, l’autorité provinciale, Abibu Sakapela gouverneur ai de la Tshopo, leur avait dit que « la province n’a pas d’argent ».

En fin, les élections des gouverneurs et les vices influencent aussi certains députés. À en croire ce qui a été dit, beaucoup considèrent ce budget comme « un passe temps », car disent-ils, le nouveau gouverneur aura son propre projet de société qui demanderait la modification des choses.

La prochaine plénière est prévue pour le lundi 10 janvier 2022. Le Président de l’Assemblée provinciale à l’interim a appelé ses collegues députés à se présenter pour sauver la session.

Affaire à suivre !

Par Gaston Mukendi

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.