Tshopo : dénonçant « un cynisme inouï » de Abibu, la NDSCI exige la tenue urgente des élections des gouverneurs

Aucune suite depuis que les élections des gouverneurs dans les provinces à problème ont été annoncées par la CENI. Concernée, dans la Tshopo, les inquiétudes gagnent du terrain. Différentes personnes, regroupées en structure ou non, expriment leurs désidératas face à cette situation. C’est le cas de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC, (NDSCI) via sa coordination de la Tshopo.

Dans un communiqué de presse parvenu à Kis24.info, cette structure de la société civile déclare son acrimonie vis-à-vis de l’irrespect du calendrier électoral annoncé il y a un quelques jours passés.

« C’est avec indignation que nous avons constaté le non respect du calendrier électoral des élections des gouverneurs et vices gouverneurs publié le 22 octobre 2021 par la commission électorale nationale indépendante », regrette la NDSCI/Tshopo.

À l’en croire, l’importance de cette élection demeure capitale et sa tenue est une urgence, car, confie-t-elle, la Tshopo n’est pas épargnée par les conséquences qui en découlent. Ainsi, cette structure dénonce un cynisme inouï entretenu par le gouverneur aï Abibu Sakapela.

« La province de la Tshopo n’étant pas épargnée par ces élections, toute sa population attend urgemment la tenue de ces dernières, permettant non seulement de nous doter d’une nouvelle équipe gouvernementale, qui nous sera redevable, mais aussi et surtout nous débarrasser l’actuel gouvernement provincial dirigé le gouverneur aï Mr ABIBU SAKAPELA Bin MUNGAMBA connu par un cynisme inouï caractérisé par le non paiement des agents et fonctionnaires du gouvernorat, les lancements des travaux des routes qui s’arrêtent du jour au lendemain, les signaux sont au rouge », a-t-on lu, dans ce communiqué signé par Jordan Saidi Atibu, coordinateur de la NDSCI dans la Tshopo.

En outre, cette structure citoyenne formule quelques recommandations, entre autres :

  • Au gouvernement dit des Warriors dirigé par Sama Lukonde de s’impliquer de cette situation qui inquiète la population,
  • À la CENI, de nous présenter un nouveau calendrier électoral
  • À la population tshopolaise de rester aux aguets à nos alertes.

Le cas contraire, annonce la NDSCI/Tshopo, cette organisation de la société civile fera recours aux actions citoyennes pacifiques de grande échelle jusqu’à obtenir gain de cause.

Pour rappel, la CENI connait des problèmes logistiques dans l’organisation des élections des gouverneurs et/ou vice-gouverneur dans les provinces dites à problèmes.

Gaston MUKENDI

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.