TSHOPO : Cécile Geomba prend les rênes de la coordination provinciale de la nouvelle société civile (Officiel)

Jeudi 23 juin 2022, un nouveau vent a soufflé au sein de la coordination provinciale de la nouvelle société civile congolaise (NSCC/Tshopo). Tout a tourné sur fond de l’installation d’une nouvelle équipe qui a pris officiellement les rênes du pouvoir devant le coordonnateur national Jonas Tshiombela et toute son équipe venue de Kinshasa.

Il a été également question, apprend Kis24.info d’une dépêche des services de communication de la NSCC, du lancement d’un Projet dénommé « Démocratie et Droits de l’homme (DDH) » pour 8 provinces de la RDC. Ce lancement est intervenu officiellement, jeudi, à Kisangani.

Désormais, la Coordination Provinciale de la nouvelle société civile congolaise à la Tshopo sera chapeautée par Mme Cécile GEOMBA, qui a pris possession du pouvoir lui confiée, légalement et tout en remettant des mains du premier coordonnateur adjoint, les symboles dudit pouvoir et d’autres insignes de la structure notamment le sceau, statuts, etc. Elle sera accompagné par d’autres membres à la tête de la coordination provinciale.

À l’en croire, cette Coordination Provinciale a pour mission de redynamiser les activités de la NSCC dans la grande province Tshopolaise et de veiller sur les piliers de la Démocratie en RDC.

Au second tour, s’agissant notamment du lancement officiel du projet « Démocratie et Droits de l’homme (DDH) », nouvellement installée, la Coordination Provinciale de la NSCC Tshopo, a été conviée au lancement du Projet DDH, une cérémonie organisée ce même jeudi 23 juin par la coordination nationale de cette structure dans la grande salle de la Cathédrale de Kisangani.

Le projet Démocratie et Droits de l’homme (DDH ), est un projet conçu par la NSCC et qui sera exécuté par un Consortium de 15 structures nationales dans 8 provinces de la RDC dont la Tshopo.

Le DDH, ce gigantesque projet vise à renforcer la capacité de la société civile locale, à promouvoir la gouvernance démocratique électorale et les droits de l’homme et en particulier les droits de la femme et des autres groupes marginalisés. Enfin, le programme traitera les aspects liés à l’accès aux soins de santé de qualité de population vulnérables via une bonne gouvernance des mutuelles de santé.

Il sied de signaler, en outre que ce projet est financé par l’ambassade de Suède en RDC (SIDA) et qu’il durera 4 ans.

Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.