Tshopo: Bilan élogieux de l’ONG « Afia Mama », au cœur du bien-être de la femme à Ubundu, Yahuma et Basoko

Créée en 2012, AFIA MAMA est une organisation non gouvernementale ayant pour mission d’oeuvrer pour le progrès des droits des femmes, la promotion des droits et de la dignité humaine. Depuis sa création, Afia Mama s’est résolu d’élargir son rayon d’action dans 23 provinces dont entre autres, la Tshopo, mettant notamment au centre de son intervention, le bien-être de la femme.

« Le bien-être de la femme est notre passion », a souligné Mardi 21 décembre 2021, la directrice exécutive de cette ONG, se basant du slogan Afia Mama, devant les journalistes de Kisangani.

En séjour dans la Tshopo, notamment pour une mission d’itinérance, Mme Anny Modi, directrice exécutive d’Afia Mama en RDC s’est engagée dans un jeu des questions-réponses sans nul doute avec les chevaliers de la plume. Questions de s’enquérir des réalisations d’Afia Mama, son bilan et ses perspectives d’avenir afin d’assurer sa référence dans la prise en charge juridique des femmes, des filles-méres et des victimes des violences sexuelles et celles basées sur le genre.

2 ans après, Afia Mama présente un bilan élogieux

Il y a plus près de deux ans, jour pour jour que Afia Mama s’est installé dans la province de la Tshopo. Grâce à son programme financé par le royaume de Pays-Bas visant à lutter contre les violences faites à la femme et à la jeune fille, trois territoires à savoir Basoko, Ubundu et Yahuma sont conquis et acquis à la cause noble d’Afia Mama. Les résultats de terrain sont probants et le bilan est élogieux au vues des dotations, des formations et des capacités acquises par les communautés pour leur propre bien-être et leur développement durable.

« Notre projet mis en œuvre dans ces trois territoires, est un programme de développement intégré qui touche à la fois le développement du leadership de la femme, le renforcement des capacités économiques de la femme, et en même temps le recyclage des prestataires. Nous avons doté des produits pharmaceutiques à 30 centres de santé, en raison de dix centres de santé par territoire », a indiqué Anny Modi.

Et d’ajouter : « Nous ne nous sommes pas limités à former les femmes ou à échanger sur le leadership et droits des femmes, nous avons aussi doté quelques communautés des kits de transformation de leurs produits agricoles, après la formation sur les techniques agricoles améliorées mise en œuvre dans quelques sites à travers l’approche de champ école ».

Dans cette attente, Afia Mama veut accompagner les communautés Tshopolaises à se développer elles-mêmes. « On aide pas une population à se développer mais on crée un cadre qui permet à cette population de se développer soi-même et c’est ce que fait Afia Mama dans la Tshopo », a précisé Mme Modi.

La directrice exécutive s’est tout de même félicitée de la collaboration voulue et établie par les communautés locales en passant par les leaders coutumiers qui accompagnent Afia Mama dans l’atteinte de ses objectifs. Cependant, elle a noté plusieurs défis rencontrés sur terrain notamment la navigation risquée entre les villages en aval du fleuve et le manque d’instances judiciaires locales susceptibles à rendre justice sur les cas de violences sexuelles dans les trois territoires où les fréquences de cas sont visiblement élevées.

Dans cette même foulée, Anny Modi a indiqué avoir été à l’assemblée provinciale de la Tshopo afin de discuter de la possibilité de la mise en place d’une sous-commission Genre, Famille et Enfants et pourquoi pas, a-t-elle suggéré, de voter un édit pour faciliter l’accès à la justice pour les communautés victimes.

Par ailleurs, outre des projets exécutés dans les territoires pour cette première phase, Afia Mama promet un projet ambitieux pour le centre urbain, notamment la ville de Kisangani. Il s’agit du programme MAKOKI YA MWASI qui sera mis en œuvre très prochainement à Kisangani, après la ville de Goma.

« Nous crayons que lorsqu’une femme est bien dans sa peau, lorsqu’une femme est bien financièrement, elle est en bonne santé et a la connaissance, cette femme là est à même de bien prendre soin d’elle, de sa famille et contribuer de manière efficace et efficiente au développement de la communauté », a soutenu la dame de fer, Anny Modi.

Serge SINDANI

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.