Tshopo: absent de la plénière, Walle Lufungula déchu

L’ Assemblée provinciale a procédé, ce jeudi 15 Avril, à l’examen de la motion de censure, initiée par le député Saidi Tryphen. Constatant l’absence du Gouverneur, sans aucun représentant dans la salle, le président Gilbert Bokungu a ordonné l’établissement du procès verbal « d’outrage. »

Comme toute démocratie l’exige, l’initiateur de la motion a présenté l’économie des griefs retenus contre l’accusé. Dans son speech, ce dernier a fait savoir l’échec le plus fatal de Walle LUFUNGULA. Selon lui, il se situe au niveau des infrastructures routières.

 »rien de ce qui a été prévu dans son plan d’action n’a été réalisé »

Outre ce qui précède, il est retenu également contre l’exécutif provincial : le détournement de fonds, refus des contrôles parlementaires, plusieurs projets inachevés, tentative d’assassinat des députés provinciaux en pleine mission, manque d’appui au service de sécurité depuis 2 ans, sabotage des actions du chef de l’État…

Walle déchu pour la 2ième fois!

Du 25 juin 2020 au 15 avril 2021, un rejet mutuel était visible entre le Gouvernement et l’Assemblée Provinciale. Ces deux institutions vivaient en amont comme tshopolaises et en aval, comme ennemies.

Si le résultat de la motion de juin 2020 était cacophonique dans son interprétation, celui de 2021 n’a connu aucun doute dans le comptage de voix.

Individuellement, 17 députés sur 28 ont exprimé leur volonté. 11 ont brillé par leur absence. Le vote s’est déroulé sur fond des acclamations et cris de joie des citoyens présents dans la salle.

Aucun bulletin nul, aucune abstention et 17 pour. À cet effet, le gouvernement est réputé démitionnaire. Selon la loi, dans les 24 heures qui suivent, il doit présenter sa démission au président de la République.

DavidGaston Mukendi

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.