TSHOPO: à Banalia, des centaines d’enfants « malades » tirés des mauvais pas (récit)

Dimanche 06 Juin 2021, une équipe de la Caritas Développement venue de Kisangani débarque à Banalia, l’un des plus grands territoires de la Tshopo au Nord-Est de la RDC. Elle est composée du Docteur Pascal Baghinyea, Directeur du bureau diocésain des œuvres médicales à la Caritas et du Docteur Alliance Tagoto du PNLS.

La délégation est bien porteuse d’un noble projet mettant en avant-plan les enfants malades âgés de 0 à 5 ans et aussi et surtout victimes, atteintes d’une manière ou d’une autre, du VIH/SIDA. C’est donc une immense campagne de  » dépistage gratuit  » et  » traitement des maladies «  chez les enfants de moins de 5 ans dans le diocèse de Kisangani, exécutée en second lieu à Banalia après la ville Boyomaise et la cité de Yangambi.

Déjà, le même Dimanche 06 Juin, la campagne va débuter à l’église paroissiale Sainte Élisabeth de Banalia. Des centaines de chrétiens au côtés de leurs prélats catholiques sont sensibilisés sur l’importance de la campagne visant autrement à ramener leurs enfants dans l’euphorie de vivre sans tourments dits aux différentes maladies accumulées dès les bas âges.

« Chers parents, venez avec vos enfants pour le dépistage gratuit. Nos équipes verront ce que vos enfants souffrent et seront pris en charge. » transmettait le docteur Alias TAGOTO aux fidèles catholiques en direct de la première messe du Dimanche. Les messages de sensibilisation à l’appropriation de la campagne s’étirent.

À son tour, c’est le prêtre Moïse, vicaire de la paroisse, qui prend les devants et se fait passer pour Messager. Il appelle ses brebis à faire dépister leurs enfants, espoirs de demain. Dans les couloirs de la paroisse, les messages autour de la campagne se font relayés de bouche à bouche jusque même à atteindre la cité entière de Banalia.

Afflux au centre de santé ELISABETH/Banalia

Au lendemain, Lundi 07 Juin, un engouement euphorique s’observe au centre de santé Élisabeth de Banalia, tout proche de la paroisse. Visages de joie, des mamans voire des Pères de famille en files indiennes passent tour à tour dépister leurs génitures. « Heure nayokaki campagne oyo, n’a hesitaki te. Naye na mwana nanga azua mwa traitement. Asali 6 mois azo bika te, toyebi te soki akufi nini. » s’exhale une mère en Lingala local, fils « malade » au dos.

Des files d’attente sont longues au premier jour. Les acteurs de santé intervenant dans la campagne se mobilisent pour assouvir tout le monde. C’est donc bien parti pour ce premier jour, 199 enfants sont dépistés. Nombreux souffraient de paludisme, IRA (Infections respiratoires aiguës, Malnutrition et maladies de la peau : mycoses et teigne tondante.)Mardi 08 juin, soit au deuxième jour de la campagne, l’ambiance n’a connu des tournures. Le même afflux des habitants de Banalia est observé. D’innombrables mamans font passer leurs enfants au dépistage. Et sont directement pris en charge grâce à ce projet exécuté par la Caritas Développement sous l’initiative et financement de l’ONU/SIDA. 191 enfants furent dépistés. Au total 390 enfants de moins de 5 ans ont bénéficié du dépistage gratuit et de traitement des différentes maladies.

Des enfants tirés des mauvais pas

Sûrement, la campagne de dépistage et traitement gratuit des maladies chez les enfants de 0 à 5 ans y compris le VIH/SIDA a été une opportunité grandiose pour l’ensemble des communautés de Banalia. Malades depuis longtemps, plusieurs enfants ont été tirés des mauvais pas.

Les maladies, en longues durées, auraient aussi entraîné des conséquences gravissimes. Mr Gaston, L’infirmier titulaire du centre de santé ELISABETH, nous a dressé un rapport détaillé des activités qu’il juge positives. Il y a eu de la réussite totale mais il faut une continuation du projet car la meilleure santé propice et durable de l’enfant est mise en profit. En clos, la campagne de dépistage et traitement gratuit des maladies chez les enfants de 0 à 5 ans y compris le VIH/SIDA a été une belle expérience vécue par la Caritas Développement œuvrant dans l’archidiocèse de Kisangani. La cible a été bien atteinte. Ce projet de la caritas internationalis est financé par ONU/SIDA.

A LIRE AUSSI:https://kis24.info/2021/07/04/kisangani-vaccin-anti-covid19-futur-mengandelo-prend-sa-dose-dastrazeneca-et-temoigne-de-son-efficacite/

Serge Sindani

Journaliste Multimédia & Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.