RDC : Même avec un nouveau gouverneur, la Tshopo ne va pas toujours décoller(Tribune)

Sous d’autres cieux quand il y a élections, la population espère à un nouveau changement, mais ce n’est pas le cas chez nous, comment peut-on espérer au changement lorsque le pays lui-même n’arrive pas à avancer après 3 cycles électoraux.

A chaque fois que les élections arrivent c’est juste le même épisode qui se répète, on ne sait espérer le changement puisque le nouveau gouverneur ne peut faire mieux que son prédécesseur, il risque d’ailleurs de devenir plus pir que son prédécesseur.

Nul ne peut être gouverneur sans être membre de l’USN

C’était visible lors de dépôt des candidatures aux postes de gouverneur et vice gouverneur pour les élections prochaines, tous les candidats brandissaient l’effigie du chef de l’État, même les indépendants n’ayant pas un parti politique, question pour eux de nous dire qu’ils sont entrain de soutenir la vision du chef de l’État.

Et avec ça on peut vraiment espérer à un changement ? Mais non, c’est impossible déjà que l’objectif de l’USN n’est pas connu, la vision du chef de l’État n’est pas non plus connue, donc le prochain gouverneur n’aura pas une vision claire, il sera peut-être redevable à l’union sacrée de la nation qu’il soutient.

Qui servir entre population et partenaires ?

Pour arriver au pouvoir, les candidats utilisent la méthode de tous les coups sont permis, ils contactent tout le monde disponible pour les aider à gagner les élections.
Les candidats contractent les dettes des sommes colossales pour essayer de convaincre les députés, il paraît que par député c’est plus de 30.000$, avec ça essayons un peu de calculer s’il faut passer comme gouverneur il faut avoir au moins 16 voix ce qui donne la somme de 480.000$ et pensez-vous que ces candidats peuvent avoir cette somme en permanence ? Je ne pense pas, d’où ils contactent des partenaires pour arriver à rassembler cette somme, une fois gouverneur on devient d’abord redevable aux partenaires, on n’a pas aussi un salaire qui peut couvrir cette dette, d’où il faut détourner de manière intelligente les deniers publics ou carrément aider ses partenaires surtout hommes d’affaires à faire passer ses marchandises sans payer au niveau de la barrière.

Aussi longtemps que les élections de gouverneur seront à l’assemblée provinciale, aussi longtemps que ce pouvoir d’élire les autorités provinciales sera confiée aux députés, on aura pas un bon dirigeant.

Les élections de gouverneur font tout pour perfectionner la corruption, les voix sont marchandées, c’est question de plus forts gagnent, quand on est riche on est libre de devenir qui on veut.

Le petit poussin

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.