RDC / Football : Léopards, entre la désillusion et le déluge !

La République Démocratique du Congo a du mal à démarrer les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations Côte d’Ivoire 2023.

Après son revers face à la République du Gabon, pourtant une équipe qui venait juste d’atterrir avant le début de la rencontre, les fauves de la République Démocratique du Congo se sont à nouveau inclinées à Khartoum face au Soudan sur un score de deux buts contre un.

Dans une position très inconfortable, occupant la dernière place du groupe avec zéro point et un goal average de moins deux, les léopards ont recouvré leurs anciens démons.

Après Florent Ibenge, le déluge ?

Parti par la grande porte malgré des critiques et élimination en huitièmes des finales de la Coupe d’Afrique des Nations Egypte 2019 par le Madagascar, Jean Florent Ibenge Ikwange a laissé un bilan positif au sein de l’équipe nationale.

Arrivé en fin 2014 à la tête de l’équipe nationale A et A’, le coach Android a laissé un bilan largement positif en occupant la troisième place lors de la CAN Guinée Équatoriale et Gabon 2015 au moment qu’on s’y attendait le moins possible.

Une année plus tard avec les léopards locaux, il a fait un exploit en survolant les stades du Rwanda et remporté le championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2016 ,un deuxième trophée pour les léopards avec le sacre de 2009 avec Muntubile Santos.

En 2019, au moment qu’il était très critiqué pour insuffisance des résultats et par les joueurs eux-mêmes qui lui ont d’ailleurs manqué du respect, Jean Florent Ibenge qualifie les léopards à la CAN et éliminé aux huitièmes de finale.Ce qui l’a conduit à une démission à la tête de l’equipe nationale.

Après lui, c’est une qualification à la CAN Cameroun que la RDC ratée, au risque de rater aussi celle de la Côte d’Ivoire 2023 comme lors des éliminatoires de la Coupe du Monde Qatar 2022 après un débâcle au match retour avec un score fleuve face aux Lions de l’Atlas du Maroc(4-1).

Ses deux successeurs , Christian N’sengi Biembe et Raul Héctor Cuper n’ont presque pas enregistré des victoires à la tête de cette équipe.
Un bilan très négatif qui mérite une interrogation.

Faut-il demander pardon à Ibenge ?

L’avenir nous en dira plus!

Gloire Bakyahulene

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.