Nord-Kivu: résurgence des ADF à Beni, un village mis en feu et en sang près de Kainama

La situation sécuritaire dans l’Est de la RDC, notamment dans la région ensanglantée du Nord-Kivu à Beni demeure dégradante. La nuit du vendredi à ce samedi 27 Mars 2021, la localité de Kainama, situé à plus ou moins 90 km de la ville de Beni, a été la cible des éléments étrangers des ADF. Leur passage dans cette localité, plus précisément dans le village Muzirandure, a fait des dégâts matériels et des pertes en vie humaines. L’alerte vient de Zawadi Bin Kasumba, président de la société civile locale.

Aucun bilan disponible mais il serait très lourd selon certains confrères depuis le lieu. Quant à lui, Me Zawadi affirme que des maisons et boutiques ont été brûlées. Le village quasiment en feu. Il alerte également sur la disparition de plusieurs personnes dont le nombre reste encore inconnu.

La société civile appelle le service de sécurité du territoire de Beni a se pencher du côté de groupement Banande-Kainama. Dans un audio, largement partagé dans les réseaux sociaux, cette structure citoyenne, contactée par la rédaction d’une radio locale, plaide également pour la présence du gouvernement afin s’encquérir de la situation.

Par ailleurs, son président craint sur la survie de la population dans cette partie du pays en appellant le gouvernement à secourir ceux qui ont vu leurs habitations brûlées.

Contactez, son homologue de Batangi Mbau, Djamali Moussa confirme la passivité de l’armée dans l’éradication de l’insécurité dans le Territoire de Beni.

 »Nous savons qu’il n’existe pas l’opération offensive. Il n’y a que la défensive. Ils suivent l’ennemi comme un agriculteur qui chasse les oiseaux sur le padi. » a-t-il indiqué.

Hormis l’inaction de l’armée, l’on s’inquiète également du silence radio du président de la République. Comme Zawadi Bin Kasumba, Djamali Moussa invite le président à se rendre dans le territoire de Beni le plutôt possible.

‘Nous demandons au président de passer lui-même voir ce qui se passe. Nous avons maintenant un bilan très lourd. Les gens meurent et les rescapés sont sans assistance. » poursuit-il.

Sans digérer le récent deuil national à l’honneur de Magufuli, cet acteur de la société civile révèle que l’armée est abandonnée par le gouvernement qui devrait décrété de journées de deuil en mémoire des militaires tombés sur le champ d’honneur et de paisibles populations massacrées nuit et jour.

 »Le président ne renforce pas l’armée. Les militaires sont sur le front sans nourriture. Les gens meurent chaque jour, aucun deuil national. » s’alarme Moussa Djamali.

Pour rappel, le territoire de Beni connait une situation d’insécurité caractérisée par des massacres en répétition. Le jeudi dernier, à Kalya, tronçon Beni-Kasindi, 6 personnes et 2 camions ont été calcinés à quelques mètres des bases militaires et de la Monusco. Cette énième attaque à déclancher un mouvement selon lequel les citoyens ne paieront plus de taxe jusqu’au rétablissement d’une paix durable.

DavidGaston MUKENDI

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.