La minoterie Boyomaise : De l’agroalimentaire à la lutte contre la faim (Dossier)

Au cœur des gros enjeux socioéconomiques et environnementaux, la Faculté des Sciences de l’Université de Kisangani devient peu à peu un réel incubateur qui accompagne des étudiants dans leurs créations d’entreprises agroalimentaires. Cristallisant les enseignements dans diverses filières, ces étudiants ont su développer des besoins particuliers en termes de réduction de la pauvreté, en luttant notamment contre la faim et en développant un capital humain et social.

C’est l’exemple concret de la Minoterie Boyomaise, autrement dit « LA BOYOMAISE », une production 100 % locale. Kis24.info s’est interresé sur ce que fait cette minoterie et sa contribution dans le bien-être des Boyomais.

Ce qu’il faut retenir !

Le manioc, la banane plantain et le maïs font partis des aliments de base dans la ville de Kisangani, en région Boyomaise. Ces denrées sont produites en grande quantité mais à cause d’un revenu très modeste, les producteurs sont confrontés à un écoulement lent sur le marché qui a comme conséquence la détérioration de la grande quantité du produit.

Ainsi, pour palier à ces problèmes, la minoterie « La Boyomaise », s’évertue, depuis plus d’un an déjà, dans la transformation des produits agricoles précédemment cités et assure la conservation de ces derniers pour un long moment. Elle est née en 2017 suite à un projet « Vliruos » dans le but était de booster la production locale des maniocs.

« Nous visons à industrialiser notre production et engagé beaucoup d’autres jeunes pour l’émergence de notre province en particulier et pause en général », a confié, à Kis24.info, Jonathan Sembaito, licencié en sciences Biotechnologiques et actuel coordonnateur des services au sein de la minoterie.

Clin d’œil sur les produits

La minoterie « la Boyomaise », installée dans l’enceinte de la Faculté des Sciences, met à la disposition de la population les produits suivants :

  1. Farine de manioc

Leur farine de manioc est une farine obtenue par une technique certifiée par la FAO. Elle est fine, sans cyanure et contient moins d’amidon. Elle est remplie les normes ISO4000, et est certifiée par l’Office Congolais de Contrôle (OCC en Sigle). Elle est très spéciale du fait qu’elle est recommandable pour les diabétiques, et convient dans l’alimentation saine.

  1. Farine de maïs

La farine de maïs produit au sein de la minoterie la Boyomaise est pure, fine, de couleur jaune et blanche. Elle présente une différence remarquable par rapport à son traitement, son emballage et sa conservation. Elle est de très haute qualité, stimule le système immunitaire, combat l’anémie, aide à la santé oculaire.

  1. Biscuit à base de banane plantain

Les biscuits produits au sein de la minoterie sont riches en vitamines (B1, B2, B3 et B6), riche en énergie, éléments minéraux (Ca, Ka, Fe, Mg, P etc.). Ils sont faits à base des bananes plantains produites localement et ne contiennent pas des graisses animales. Leurs biscuits sont consommables par les diabétiques, les nourrissons et toutes catégories de personnes.

  1. Bouillie à base de farine de banane plantain, soja et Treculia africana

Elle est riche en élément minéraux (Ca, Ka, Fe, Mg, P…) et vitamines (A, B6, et thiamine). Elle est faite à base des bananes plantains, de la farine de maïs et du Treculia africana produites localement. Elle est bonne à la consommation des nourrissons, des sportifs, etc.

  1. Spaghetti à base de farine de manioc panifiable

Led spaghettis de la Boyomaise ont un temps de cuisson réduit, gonflent pendant la cuisson, et sont délicieux. Ils sont faits à base de farine de manioc panifiable. Ils sont une source importante d’énergie calorifique.

Farine de Manioc panifiable

La farine de manioc panifiable a plusieurs utilisations dans l’industrie alimentaire. Substituant entièrement ou partiellement la farine de blé,c’est un ingrédient des produits de boulangerie, pâtisserie destinés à l’alimentation rapide ou la consommation courante.

Dans la foulée, les boyomaises et les Boyomais sont appelés de faire siens ces produits transformés localement grâce au génie local. « consommer nos produits, ces sont les fruits de nos terres qui sont transformé par les enfants de la maison », a lancé Mr Sembaito, peu avant de marteler qu’en achetant un produit de la Boyomaise, le client participe :

  1. à l’amélioration de conditions de vies de cultivateurs,
  2. à l’augmentation de recettes de l’État, et
  3. à la création de l’emploi de jeunes.

Serge Sindani

Journaliste Multimédia & Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.