Kisangani / Marche de soutien aux FARDC : Tshisekedi appelé à rompre les relations diplomatiques avec le Rwanda

Des soutiens aux FARDC se multiplient à Kisangani, dans la province de la Tshopo. L’avant-midi de ce mardi 7 juin, plusieurs jeunes, des tendances confondues, sur appel de la FART/Tshopo, PARDE, CPJ et d’autres structures, se sont ligués comme un seul homme, bravant le soleil accablant, afin d’encourager les forces loyalistes, en plein front dans le Nord-Kivu.

De la poste au Gouvernorat, passant par le Rond-point du Canon, ils ont fait preuve de la conscience nationale. Des champs d’encouragement, hommages rendus aux FARDC succombés sur le champ d’honneur, rappellant aussi qu’ils ont été, dans le passé, victimes d’une guerre étrangères. À l’amorce de leur mémorandum, ils ont salué la mémoire leurs mémoires, se référant à la défense contre le M23 en 2013.

« N’eût été la vigilance de la population congolaise, et la détermination des vaillance de nos FARDC, Goma serait annexé à la République Rwandaise », ont-ils écrit au Président de la République.

Dans leur déclaration, ils soulignent des avancées significatives dans la lutte contre les terroristes M23. Ils se disent heureux d’avoir entendu le gouvernement congolais cité nommément le Rwanda, pays voisin, comme partenaire du Mouvement du 23 mars. Le reconnaissant aussi, ‹‹ nous félicitons le Chef de l’État pour avoir nommé l’agresseur››.

Des recommandations ont clôturé leur adresse. À la communauté internationale de ‹‹ cesser l’hypocrisie et d’avoir le courage d’accuser et de condamner le Rwanda, lui demander de quitter le territoire sans condition››.

Au Gouvernement Congolais, de ‹‹rompre les relations diplomatiques avec le Rwanda››. À ceci, ils demandent ‹‹la radiation de nos forces armées tous les éléments en intelligence avec l’ennemi››. Ils exigent, par ailleurs, des moyens modernes de combat afin d’en finir une fois pour toute avec les ennemis de la paix.

Kisangani appelé actuellement ville d’espoir, est réputé aussi ville des nationalistes. Plusieurs libérateurs de la RDC ont pour point de départ cette ville. Conscients de cette indice, ces jeunes appellent la population de rester vigilante, à soutenir les FARDC et le commandant suprême en dénonçant tous les ennemis de la paix.

En face d’eux, le Ministre Jean Tongo Bandamali, assumant l’intérim du Gouverneur. Recevant le mémorandum des mains d’Alpha Menewaha, Coordonnateur de la Force Alternative pour le Renouveau de la Tshopo, il s’est rallié positivement à leur idée, tout en encourageant toutes les parties prenantes à cette marche pacifique.

“l’intégralité de notre territoire doit rester inviolable. Nous pouvons accepter tout, sauf ça. Le mémo lu est déposé entre les bonnes mains et nous nous servons de tremplin pour le remettre à qui de droit” .

Pour rappel, plusieurs mouvements de soutien aux FARDC, en synergie s’organisent, chacun à son tour pour s’exprimer. Celle-ci est la quatrième activité organisée pour la même cause par la population Boyomaise.

Mukendi DavidGaston

Journaliste, poète, slameur, professeur et chrétien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.