KISANGANI : « Laveurs » des véhicules au campus, Trésor et Gladys tentent d’autofinancer leur scolarité (Récit)

Une présence remarquable des enfants mineurs s’observe, à longueur des journées, sous un soleil de plomb, au campus central de l’Université de Kisangani (UNIKIS). Des souches différentes, ils y sont pour époussetage et lavage des véhicules et motos. Le plus âgé d’entre eux a seize ans.

Ils s’y retrouvent tôt le matin, chacun muni d’un bidon découpé en moitié, du savon « Omo », et des brosses. C’est leur matériel de travail. Dès qu’un véhicule est garé, ils se précipitent, volontairement, pour le laver. Pour dire, leur récompense dépend du propriétaire du véhicule. Contre leur attente, parfois, ils sont chassés ou ignorés par ce dernier.

Récit de leur présence au campus pour tenter d’autofinancer leur scolarité

« Ce n’est pas de ma faute que je suis ici. C’est une vie que je n’aime pas. Maman vend des babouches, je ne sais pas pourquoi elle a arrêté et papa est en voyage », Tel se justifie Trésor, élève en 7ièm.

Mais Trésor veut devenir un jour Président de la République. Cependant, la conjoncture de ses parents l’empêche d’être à l’école. « Quand ils ( les parents) manquent , j’interromps les cours.J’ai des amis en classe, quand on se voit, je suis triste. Souci seulement », a-t-il argué.

Toute la journée du lundi 20 juin, ce garçon a gagné deux mille FC, nous a-t-il révélé. ‹‹ C’est un fiasco aujourd’hui ›› déclare-t-il, car selon lui, d’autres jours, il atteind entre cinq mille et dix mille FC. Trésor a trois jours sans fréquenter son école. Le peu qu’il gagne, il amasse pour totaliser vingt mille FC de prime à l’école.

Il n’est pas tout seul. Gladys fait parti de son équipe. Il reste chez sa grand-mère. Celui-ci a quatorze ans. Il ne connaît pas son père mais il sait que sa mère habite dans un village situé à trente six kilomètres de Kisangani. « À l’école, je compte faire la mécanique, puis devenir Gouverneur de Province », rêve-t-il.

“j’aimerais dire à ma mère qu’un jour, je serai Gouverneur. Je connais notre Gouverneure, elle s’appelle Madeleine”, a-t-il soutenu.

Tout comme Trésor, il lutte aussi pour financer ses études. En ce sixième mois, il poursuit deux objectifs : payer l’école et se trouver des habits pour la journée du 30 juin -fête de l’indépendance. Par véhicule, il gagne au maximum deux mille FC, soit par jour.

Trésor et Gladys sont deux enfants mineurs qui veulent poursuivre aisément les études. Ils ne sont pas deux à se retrouver dans cette situation sur le campus central de l’université de Kisangani.

Propos recueillis par Gaston MUKENDI

Redaction

One thought on “KISANGANI : « Laveurs » des véhicules au campus, Trésor et Gladys tentent d’autofinancer leur scolarité (Récit)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.