Kisangani / Dossier insolite d’un policier mort-vivant détecté par sa mère : Voici quelques vérités

Il est aux environs de 16h locales, Pouf, Tout Kisangani s’enflamme. Des foules se déchaînent du port Aquatique, vers le petit marché d’IAT/Kisangani, jusqu’au cachot de la PNC/Ville. Un Taximan renseigne au reporter de Kis24.info qu’il y aurait un mort-vivant détecté par sa propre mère. Le fantôme est un policier qui était décédé à Lokutu, dans le territoire de Basoko. Mais les premières informations ne se corroborent pas. Du méli-mélo.

Cependant, un confrère de la RTNC/Kisangani tente d’élucider les faits. Des médias de Kisangani tombent aussi sur le dossier insolite, citant un récit publié par le journaliste Vincent Baruani sur son fil Facebook et traitent les premières lignes tout en réservant une suite d’informations. Ce jeudi, Kis24.info s’est penché dessus, cherchant à éclairer la lanterne et donner toutes les vérités.

La première vraie version

Policier mort et inhumé à Lokutu en février 2020

Après des investigations menées par Kis24.info, au près de la famille à Basoko, le jeune policier, dont nous taisons le nom, était mort en février 2020 à Lokutu (Basoko, plus de 250km de Kisangani), où il était affecté officiellement comme agent de police de circulation routière (PCR). Contrairement aux premières informations qui ont indiqué que le fantôme est mort, il y a 8 ans. Il est mort laissant derrière lui aucun enfant ni une prétendante veuve.

Et comme la loi de la république autorise aux familles de retirer les salaires après le décès d’un agent de l’État, c’est sa mère qui retirerait le salaire de son fils (décédé). La mère retirait l’argent, plutôt, à la banque TMB de Kisangani.

Pendant quelques mois, apprend Kis24, les agents de la dite banque ont personnellement constaté que c’est le policier qui commence à retirer son argent et la mère était plongé dans les inquiétudes, se posant lamentablement des questions sans réponses. Pour se faire, ces agents informeraient à la maman de venir tout avant pour avoir le salaire de son fils comme d’habitude. Chemin faisant, la mère arrive ce mercredi 23 mars et cette fois, ça coïncide avec son fils déjà mort et inhumé au cimetière de Bolema à Lokutu, dans le territoire de Basoko.

La mère du revenant poursuivrait son fils jusqu’au port d’Aquatique, vers le Beach d’IAT. Sur place, dans la baleinière, la maman approche son enfant et cite le nom. Pouf, la panique. Le fantôme panique à son tour et ne se ressaisit pas, du coup, il y a eu engouement.

« C’est mon fils, agent de la police décédé depuis 2020 à Lokutu. C’est moi qui retirerait son salaire à la banque TMB, il y a plus de 22 mois, sans rupture », s’exclama la pauvre maman.

Et de préciser : « mon fils a des signes de blessure sur le bras droit, à la tête et sur le dos ».

Soudain, en vérifiant, tous ces signes sont réels. Les agents de la police présents sur le lieu d’évènement décident d’acheminer le soi-disant mort-vivant au bureau de la police, cachot PNC/Ville, pour les enquêtes.

Ce jeudi, Kis24.info a tenté sans succès de rencontrer les autorités de la police.

Dossier donc à suivre !

Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.