Kisangani : bastonné et dépouillé, Me Dominique Kangamina fait le récit de la « bavure policière » du GMI Kabondo !

Des scènes macabres et des maltraitances éhontées ont écumé, l’après-midi du jeudi 10 décembre, la commune de Kabondo dans la ville de Kisangani (Tshopo).

À la base, l’arrestation jugée « arbitraire » d’un avocat le soir du mercredi au jeudi dernier, alors que celui-ci venait de prendre part à des festivités de collation des grades académiques, tenues la journée du mercredi 09 décembre 2020 à l’université de Kisangani.

Voulant s’imprégner de la situation au lendemain du fait lié à son collègue, Me Dominique Kangamina au côté de 4 autres avocats dont 3 femmes au barreau de la Tshopo ont fait face à une inquiétante réaction des agents de l’ordre. Des policiers commis à la garde de l’Amigo du groupe mobile d’intervention (GMI) se sont livrés à une bavure policière.

Sur Kis24.info, Me Dominique Kangamina nous fait le récit de faits !

« Attendu que dans la nuit du mercredi, un avocat a été arbitrairement arrêté devant l’Hotel Glodi par la police de patrouille de GMI KABONDO pendant que ce dernier quittait d’une manifestation festive de collation des grades académiques accompagné de deux autres personnes;
Que malgré qu’il s’est identifié comme Avocat, ces policiers vont se mettre à le molester, ravir argent, téléphones comme souliers, puis le conduire après l’avoir grièvement blessé et déformé la figure
.» explique-t-il.

Bien plus, il ajoute que :

« Le jeudi matin, les avocats seront informés de cette arrestation d’un de leurs par une police qui n’a pourtant pas compétence d’arrêter ni auditionner un Avocat, 5 Avocats dont deux hommes et 3 femmes se rendront sur le champ où aussitôt arrivés, les policiers leur feront résistance pour ne pas se rendre au bureau du commandant de cette police, et par insistance de dire qu’on doit voir le commandant, ces policiers prendront leurs ceintures et bâtons, nous frappèrent et nous ravisserent les téléphones, argents et sacs au su et ou vu de toute la toute la population environnante de la 6eme Kabondo, qu’après, ils prirent encore un autre Avocat et les jetterent dans leur Amigo après qu’ils lui ait frappé à tout point. »

Dans la foulée, Me Dominique Kangamina denonce l’Œil impuissant d’un officier de la police qui assistait à la bavure, sans s’y rendre compte.

« Tout ceci, se passait en présence du commandant de cette police, Major ALEX qui en lieu et place d’interdire à ses éléments de ne pas s’en prendre aux Avocats mais leurs encourageait par contre. » raconte-t-il.

Une situation qui a crée des vives tensions dans la bonne partie de la commune Kabondo. La police aurait même usé des gaz lacrymogènes afin de calmer la situation qui semble dégénérer.
Firmin Yangambi y avait fait un déplacement, renseigne-t-on.

« Ces policiers ont tenté même tiré à balle réelle sur les avocats, et que plusieurs coups des gaz ont été au rendez-vous. Le Bâtonnier de l’ordre des avocats de la Tshopo descendit sur le lieu, appela les autorités policières comme judiciaires et demanda aux Avocats qui se trouvaient sur le champ de partir en attendant que tous ces policiers répondent de leurs actes dans la rigueur de la loi. » fait savoir Me Dominique.

Et d’ajouter :

« L’avocat qui était arrivé, a été libéré et se trouve actuellement à l’hôpital où il reçoit des soins appropriés car faisant de l’hémorragie célébrale. »

Par ailleurs, depuis l’avènement du commandant Alex dans la commune Kabondo, les populations environnantes sont quotidiennement victimes d’extorsion des motos, tortures et d’arrestations arbitraires.

Nos sources informent que les habitants de cette entité appellent les autorités locales de prendre des mesures urgentes pour sa délocalisation ainsi que ses éléments qui se passent pour « des criminels en lieu et place de sécuriser les personnes et leurs biens. »

Serge SINDANI

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.