KISANGANI : 1er août 2022, une journée des parents célébrée aussi dans les cimetières (Reportage)

C’est sous une atmosphère mosade, visiblement pluvieuse, que plusieurs Boyomais se sont rendus dans des cimetières, à l’occasion de la journée mondiale des parents, célébrée chaque le 1er août. Bouquets de fleurs en main, signe d’amour, cœurs remplis d’arrière-goûts, ces derniers sont allés entretenir les sépulcres de leurs parents, longtemps décidés.

Au cimetière situé en face du Batam de l’UNIKIS, par exemple, ils y sont regroupés en famille. Chacune autour de la tombe de son défunt. Bien que partis depuis des années, ils sont encore les leurs. Le cas de Jonathan Ikwa est particulier. Il y est pour entretenir la tombe de son grand-père, un ancien avocat décédé, il y a dix ans.

« On a vécu avec lui pendant plusieurs années. Il était Maître avocat, ce qui a fait de lui un bon conseiller. Il savait comment nous remettre en ordre même quand nous étions enfants », laisse-t-il entendre, se rappelant encore des précieux moments vécus avec son défunt grand-père.
Jonathan a beaucoup hérité de son regretté grand-père.

À quelques mètres, c’est sa tante, assise sur une tombe, visiblement en état de recueillement. Son père est parti, laissant un vide impossible à aplanir. « C’est difficile, malgré mon âge, de vivre sans lui. Ses interventions dans des cas compliqués sont maintenant irremplaçables », dit-elle, à Kis24.info.

Quadragénaire, oui, mais elle se sent toujours la fille de son papa.
Leurs parents dans l’au-delà, eux sur la terre, l’amour entre les deux parties subsiste toujours. Un jeune homme, dont nous taisons le nom, tout seul, nettoie le sarcophage d’un être cher à lui. Il n’est pas son parent biologique, cependant les meilleurs moments de son enfance ont eu lieu qu’avec son oncle maternel.

« Nous nous sommes retrouvés éparpillés lorsque nos parents se sont séparés. Lui, m’a pris en charge jusqu’à sa mort par accident. Je reviens ici chaque année pour lui rendre hommage. Mes parents sont là mais lui reste le pilier de mes progrès », confie-t-il.

Il sied de noter que la journée nationale des parents existe en RDC, depuis 2012 pour mettre à l’honneur les parents du monde entier. Ceux dont les parents sont encore vivants, passent du temps à leur témoigner l’amour sur les réseaux sociaux.

Mukendi DavidGaston

Journaliste, poète, slameur, professeur et chrétien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.