Kasaï Central : 2 ans après l’alternance politique en RDC «le temps risque d’être un adversaire de FATSHI en 2023» s’inquiète la SCED

Lors d’une déclaration rendue publique ce dimanche 25 janvier 2021, le Directeur National de la société Congolaise pour l’état de droit Maître Dominique NKONGOLO s’inquiète au de sa structure sur deux ans passés au Pouvoir par Président Félix Tshisekedi.

«L’investiture du Président Félix Antoine Tshisekedi à la magistrature suprême du pays le 24 janvier 2019 a suscité et continue à susciter beaucoup d’espoirs, surtout en ce qui concerne sa volonté de construire un véritable État de droit en République démocratique du Congo.
Cependant, ces espoirs sont chaque jour confrontés à plusieurs
inquiétudes.» Révèle ce document !

En effet, s’agissant de la lutte contre l’impunité, la SCED note que le Chef de l’Etat ne s’est jamais empêché, lors de ses adresses à la Nation, d’affirmer et réaffirmer son ferme engagement à lutter contre l’impunité. Au jour le jour, cette volonté se révèle ambiguë dans la mesure où il ne s’observe aucune avancée significative, notamment dans la mise en œuvre des recommandations des rapports Mapping et de l’Equipe des Experts internationaux sur la situation du Kasaï.

Concernant la lutte contre la corruption, «la SCED est de plus en plus inquiète lorsqu’elle juge que l’Agence chargée de la lutte et la prévention de la corruption créée avec pompe n’a lancé aucune alerte forte et demeure l’ombre d’elle même».

>> LIRE AUSSI : https://kis24.info/2021/01/15/rdc-lunion-sacree-en-ballottage-qui-y-sont-censes-adherer-entre-leaders-politiques-et-les-partis-en-general/

A propos du fonctionnement de la justice, excepté les dernières mises en place, la SCED s’inquiète du fait que les conditions de travail des magistrats et du personnel judiciaire souffrent d’une précarité qui ne dit pas son nom, et bien plus, la couverture judiciaire est caractérisée par un déficit criant.

Le Kasaï Central attendait trop de Félix Tshisekedi TSHILOMBO mais jusqu’à lors rien et presque rien ne fait, constaté la société Congolaise pour l’état des droits : «quant au droit à la desserte en électricité, la SCED observe que plusieurs contrées du Pays, particulièrement celles de l’Espace Kasaien vivent dans une obscurité sempiternelle et que les travaux de construction du grand barrage Katende sont aux arrêts».

Pour terminer, la SCED prévient tout exhortant le Président de la République à comprendre que «le temps risque d’être son meilleur adversaire en 2023. Rien ne sert de courrir, il faut partir â point» conclu cette déclaration de la SCED.

Corneille MUAMBA DIBONDO

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.