Investiture des Gouverneurs: À la Tshopo plus de patience, les jeunes invitent Fatshi à investir Nikomba (mémo)

Proclamée définitivement gouverneure par le conseil d’État, Madeleine Nikomba ne recouvre toujours pas son fauteuil. La province de la Tshopo qui sombre depuis 2 ans durant, peine à reprendre son envol, ceci suite au climat malsain qui peint en noir l’image de la province, convoitée par des Investisseurs.

Félix Tshisekedi, président de la République est plutôt attendu à ce sujet. Seul lui a la solution sur cette question. Nombreux Tshopolais désirent voir un nouveau vent souffler dans la province de Tshopo avec l’avènement de Madeleine Nikomba à sa tête. Ils s’impatientent de l’investiture de la nouvelle équipe.

À Kisangani, des jeunes intercèdent auprès du Président pour que l’ordonnance soit enfin signée.

C’est à travers un mémorandum rendu public ce 05 juillet 2022 que ces jeunes expriment leur amertume à Félix Tshisekedi, président de la République.

D’après ce mémo exploité par kis24.info, ces jeunes engagés rappellent leurs attachement aux valeurs morales et citoyennes, socles du développement de la Tshopo.

“… La jeunesse de la Tshopo parle ; consciente de notre responsabilité devant la nation et réunie autour des valeurs démocratiques et humaines que vous incarnées Monsieur le Président, triste et déplorable situation, que nous voyons traîner les choses dans notre province; Nous vous adressons ce présent mémorandum au regard de la situation que vit la Tshopo.
En effet, le processus électoral déclencher pour la mise en place des nouveaux exécutifs dans 14 provinces, s’est soldé à la Tshopo par l’élection définitive de Mme Madeleine Nikomba et de Monsieur Lendongolia Paulin, respectivement en qualité de gouverneur et Vice-Gouverneur de province.” lit-on avant de poursuivre :

« Une élection qui a été chaleureusement accueillie par l’ensemble de la population Tshopolaise et qui, au travers une liesse populaire, a exprimé son adhésion à ce ticket et sa gratitude à votre auguste autorité. ».

Et ces jeunes d’ajouter :

«… Amère constat, après l’arrêt définitif du conseil d’État, certaines filles et fils motivés par la xénophobie, leur esprit non patriotique, s’avertissent à instrumentaliser un groupe minoritaire de la Jeunesse et à mener des actions tendant d’une part, à entraver l’indépendance du pouvoir judiciaire, l’un de pilier de l’État de droit, et d’autres part, usant de leur positionnement à la commission électorale nationale indépendante, tente délibérément de désorienter cette institution d’appui à la démocratie et de l’inciter à la rébellion à l’égard de la constitution et des lois de la République, en vue de faire persister une transition qui ne dit pas son nom. »

Depuis la chute du gouvernement Walle Lufungula, la province de la Tshopo est gérée par un intérimaire qui, malgré la petitesse de sa parcelle du pouvoir n’arrive pas à soulager les besoins de la population comme: l’électricité, la réhabilitation des routes de dessertes agricoles, etc…

Impuissants devant une telle situation, les jeunes présentent à travers leur mémorandum le tableau sombre de la Tshopo.

«ils ne peuvent plus supporter le coulage des recettes publiques, les détournements, l’abandon des travaux de construction et réhabilitation des infrastructures, l’absence de toutes initiative de développement, la multiplicité des discours séparatistes et des haines, ainsi que la quasi-inexistance du contrôle exécutif provincial auxquels la Province fait face». Soulignent- ils dans leur mémorandum.

ils veulent se remettre cette fois-ci au chef de l’état pour qu’il puisse trancher une fois pour toute cette question qui ne fait que perdurer.

De la Main noire

Il est vrai que nombreuses autres provinces attendent l’investiture de leurs gouverneurs, mais la Tshopo, au-delà d’être patiente, craint plutôt une main noire qui met le feu constamment pour soit, obtenir un rallonge au pouvoir ou mieux instaurer une ‘ingouvernabilité » afin de blanchir les auteurs des détournements des fonds alloués aux travaux de développement.

«Son excellence, la finalité de ces actions voulues et entretenues ont comme finalité de saper vos actions et votre image enfin d’empêcher votre réélection à la tête de ce pays » argumentent ces jeunes dans ce mémorandum à l’image du réquisitoire.

Tonny KAPALATA et Madeleine Nikomba ont, récemment été départagés par le conseil d’État. Cette dernière, proclamée définitivement gouverneure, attend son investiture pour reprendre le destin de la Tshopo entre les mains d’ Abibu Sakapela, gouverneur ai.

Seuls les vivants, verront !

Ruth Musana

Journaliste reporter, Chanteuse et Modératrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.