Invasion du M23 : à Kisangani, la dynamique « Force du Changement » encourage l’armée à ne pas trahir la nation

Profondément consternés par l’expansion du M23 dans le Rutshuru, plusieurs Jeunes de Kisangani, sur appel de la dynamique Force du Changement, ont répondu présents à une nouvelle marche pacifique, ce samedi 5 novembre, pour dire  »abats les humiliations imposées à la RDC. »

En première ligne, Jacques Mandiongwe, député provincial, et Coordonnateur de la dynamique Force du changement. Autour de lui, des jeunes déterminés à préserver l’unité territoriale de la RDC. Des cris de colère, des champs d’espoir, l’hymne national, c’est tout le monde qui s’implique pour extérioriser le soutien aux FARDC et au Chef de l’Etat. De cette même occasion, ils chantent « Kagame, occupe-toi de ton pays et laisse-nous respirer ».

Au Gouvernorat de province, un mémorandum a été lu par Jacques Mandiongwe et déposé entre les mains de Paul Lendongolia, Vice-gouverneur de province. C’est pour protester contre l’agression de notre pays, dans sa partie Est, par le M23, délibérément soutenu par le Rwanda, indique le mémorandum dans ses premières lignes.

« Dans leur passage, ces agresseurs sans cœur, tuent la population civile, violent les femmes, pillent nos ressources, et détruisent nos infrastructures et notre environnement. Ils commettent des graves violations de droits humains et de droits humanitaires », écrit la Force du Changement dans sa description de l’ennemi qui occupe plusieurs coins dans le Rutshuru.

Dans la suite de son message, Force du Changement appelle à des sanctions contre les auteurs de l’insécurité qui épuise le Nord-Kivu. Que les auteurs de ces délits, dit-elle, soient arrêtés et déférés devant la justice. En premier lieu, elle cite le mouvement du 23 mars, M23, qui a ses membres visibles et connus. À cette occasion, la confiance est réaffirmée au Président de la République, et le soutien inconditionnel aux FARDC est vivement témoigné.

« Ils se sacrifient jour et nuit afin de défendre l’intégrité territoriale, protéger la population et ses biens, et contribuer aux actions du développement national. Qu’ils sachent que nous les accompagnons puisqu’ils souffrent, meurent et travaillent pour nous, la patrie. Nous les encourageons à rester fermes, à ne pas trahir la nation… », a ajouté Jacques Mandiongwe.

Corps à Kisangani, cœur dans le Nord-Kivu, les manifestants ne sont pas indécis. Aux populations qui souffrent inutilement des affres de la guerre du M23, ils témoignent leur compassion et partagent les amertumes, disent-ils.

« Nous vous manifestons, par cette marche, notre amour fraternel et notre compassion patriotique », ont-ils rassuré.

Finissant son adresse, ce mouvement de Jacques Mandiongwe invite la population de la Tshopo à soutenir le commandant suprême des FARDC dans ses actions pacificatrices dans la RDC et à encourager l’armée nationale. Par ailleurs, il appelle les organismes d’aide humanitaire à venir à la rescousse des populations civiles éplorées, des déplacés internes et réfugiés.

Cette marche est la deuxième ce week-end, après celle des organismes de la société civile, hier vendredi 4 novembre. D’autres marches sont prévues la semaine prochaine, notamment celle des étudiants, le mardi 8 novembre.

Mukendi DavidGaston

Journaliste, poète, slameur, professeur et chrétien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.