Interdiction des conférences de Mukwege à L’UNIKIS: « Un coup de massue » et « une honte », Bongilo intact (Dossier)

Prévues à l’amphithéâtre de l’université de Kisangani, les deux conférences du Prix Nobel de la paix, Denis Mukwege, auront finalement lieu à l’alliance française, pour les mêmes dates du 18 au 19 août prochains. Une décision de dernière minute qui énerve au plus haut point la Dynamique des Universitaires Congolais, organisatrice des activités de Denis Mukwege pendant son séjour à Kisangani.

Dans un point de presse animé ce mardi 16 août, la Dynamique des Universitaires Congolais se montre « choquée et déçue » par la décision du comité de gestion de l’UNIKIS, via le Recteur Bongilo Boendy qui interdit formellement la tenue des conférences de Mukwege dans les enceintes de l’Université de Kisangani.

« Comme un coup de massue, nous apprenons que l’université de Kisangani se rétracte, en recourant à des arguments que je considère personnellement spécieux […]C’est assez regrettable », a déclaré le Professeur Bily Bolakonga, à l’amorce de son discours.

Prenant parole, le Professeur Alphonse Maindo a, à son tour, taclé ouvertement le comité de gestion de l’UNIKIS en parlant d’une honte et d’un « sabotage sans nom et d’une situation difficile à comprendre ».

« Qu’est-ce qui fait la fierté et la grandeur des Universités ? C’est aussi et surtout sa capacité de pouvoir attirer les meilleurs du Monde dans ses installations », a-t-il dit, tout en soulignant qu’il s’agit des motifs fallacieux.

Pour Alphonse Maindo, l’Université de Kisangani rate une occasion en or d’accueillir la sommité scientifique tend sollicitée par plusieurs au monde.

Le recteur Bongilo intact

Les propos tenus par les membres de la dynamique des universitaires n’ont pas visiblement enchanté le Recteur de l’UNIKIS. Peu avant la sortie médiatique dont la figure emblématique est le Professeur Maindo, le Professeur Bongilo Boendy affirme avoir échangé avec le Prof Maindo. En tout cas, il dit regretté et qualifie d’injures dans les propos de la DUC . À l’en croire, Denis Mukwege ne tiendrai en aucun cas de tels propos, et si lui et le Prix Nobel de la paix 2018 se rencontraient, il brandira le contenu de sa correspondance.

« Il (Prof Maindo) est sorti ici l’avant-midi. Il nous a laissés des injures », regrette t-il.

Par ailleurs, il est resté dans le contenu de sa correspondance, adressée ce mardi 16 août au Professeur Alphonse Maindo. « Je me sens dans l’obligation de vous demander d’envisager la possibilité d’organiser cette conférence en dehors de l’UNIKIS compte tenu du contexte actuel, caractérisé par des manifestations violentes des étudiants. L’Université de Kisangani n’est pas en mesure d’assurer la sécurité et la protection des infrastructures et de personnes en cas de débordement. Tout comme elle n’est pas à même de garantir les conditions matérielles et Techniques du déroulement des activités. Il y a lieu de souligner un déficit criant en logistique et en énergie », a-t-il souligné.

Pour rappel, l’Université de Kisangani vient d’une semaine très tendue suite à la colère des étudiants finalistes. Des blessés et des actes de vandalisme ont été enregistrés.

Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.