Insécurité en Ituri : Deux jours de deuil pour les pétroliers de Kisangani après le meurtre de leurs collègues sur la RN4

La journée du 15 Avril a été sombre pour les pétroliers de l’Est. À 16h, sur la nationale numéro 4 (RN4), les ADF brûlent trois camions citernes venant de Bunia pour Kisangani et 4 motos. Dans ce drame, deux personnes dont le chauffeur de l’un des camions incendiés qui serait de nationalité somalienne et un villageois ont été tuées par balles et deux autres Somaliens emportés en brousse par les rebelles identifiés aux ADF.

À Kisangani, unis comme un seul corps, les pétroliers importanteurs de l’Est annoncent un deuil, celui-ci ira du jeudi 21 au vendredi 22 Avril 2022 tel qu’écrit dans une correspondance adressée au gouverneur de province, ce mercredi 20 Avril courant dont kis24.info a reçu une copie.

Seules les larmes ne suffiront pas pour les pétroliers, ces derniers, morts dans l’âme formulent par l’occasion un nombre des recommandations au pouvoir public, parmis elles, Kis24.info note:

  1. Restaurer la sécurité sur la RN4 afin de faciliter le trafic;
  2. Réhabiliter la RN4 qui se trouve actuellement dans un état de délabrement très avancé;
  3. Organiser les patrouilles de reconnaissance sur la zone;
  4. Mettre en place le dispositif d’escorte de camions citernes par des militaires pour la sécurisation.

Outre ce deuil qui s’observe dès ce jeudi matin à Kisangani, les importanteurs alertent également les autorités sur le kidnapping des deux autres chauffeurs de la société ARAAN PETROLEUM par ces mêmes rebelles. Leurs libérations, lit-on dans la correspondance, est conditionnée par le payement de 300 000$.

Une épine au pied diplomatique

Les états voisins et amis de la République Démocratique du Congo entrent en danse et s’associent au gouvernement de Tshisekedi. Dans une note régionale, le Kenya, pays transit des importateurs pétroliers, annonce au gouvernement congolais son soutient dans le processus de négociations pour obtenir la libération des personnes kidnappées.

« L’ambassade est pleinement engagée sur la question et travaille étroitement avec le gouvernement de la RDC pour intervenir et rétablir la sécurité sur cette route, en outre, l’ambassade travaille avec les autorités compétentes pour obtenir la libération des deux chauffeurs de camion. » a-t-on lu dans ce communiqué.

Soucieux de ses citoyens kényans, l’ambassade du Kenya à Kinshasa annonce également la suspension des activités sur ce tronçons par ses citoyens. « L’ambassade du Kenya en RDC avise par la présente la communauté d’affaires kenyane, en particulier les propriétaires et chauffeurs de camions, de suspendre immédiatement leurs opérations le long de la route Mahagi-Bunia-Kisangani jusqu’à ce que des mesures de sécurité appropriées soient mises en place. » poursuit-il.

Après ces événements malheureux, les sources sécuritaires révèlent que l’ennemi qui fuit face à l’avancée de l’armée cherche à tout prix à se réorganiser dans cette zone. Ces incidents ont eu lieu dans le village de Bandipete à 15 Km de Komanda-centre dans le territoire d’Irumu, dans la province de l’Ituri.
Les ADF ont multiplié ces jours des attaques sur la RN4 dans la région de Komanda. Une cinquantaine de personnes ont été tuées dans les diverses attaques depuis debut avril.

Steves PALUKU MBUSA

Journaliste et Directeur Général de Kis24Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.