Halte à la quiétude dans la Tshopo: l’exécutif national appelé à mettre fin au « Tohu-bohu » et au « bicéphalisme éhonté »

Le collectif Tshopo Telema, un regroupement des organisations citoyennes de la Tshopo, s’insurge contre le « bicéphalisme éhonté » observé à la tête de la province dépuis la 2ième destitution de Walle LUFUNGULA.

Dans une déclaration lue devant la presse ce mercredi 28 avril à Kisangani, le collectif « Tshopo Telema » hausse le ton face à la situation politique observé actuellement dans la Tshopo. Ces mouvements brossent de prime abord la situation politique de la grande Province du pays caractérisée par un bras de fer entre Walle LUFUNGULA, récemment déchu et ABIBU SAKEPELA, nommé intérimaire. Ils rappellent également les dispositions légales retirant à Walle LUFUNGULA le pouvoir d’agir comme exécutif provincial.

Sans voiler leur position, ce collectif des mouvements citoyens de la Tshopo dénonce le comportement de Walle LUFUNGULA qui selon eux,  »défie publiquement son chef hiérarchique direct. » Pour Tshopo Téléma, Walle LUFUNGULA est entré en  »rébellion avec le gouvernement national et le président de la République. »

Indifférents face à cette situation, et c’est comme plusieurs citoyens qui en parlent, les membres de ce collectif se sont adressés au Gouvernement national, à Monsieur Walle LUFUNGULA, à Monsieur ABIBU SAKEPELA ainsi qu’à la population.

Si au gouvernement, ils demandent de mettre fin sans aucun délai au « Tohu-bohu » orchestré expressément par Sieur Walle LUFUNGULA et au bicéphalisme éhonté observé en ce jour, aux services de sécurité; ils sont révélateurs des Pratiques inciviques initiées par le gouverneur partant.

Arrêter de fermer les yeux face au bain de sang cherché par le gouverneur déchu à travers la manipulation à ciel ouvert de quelques jeunes sans éthique ni morale et au travers l’instrumentalisation de quelques brebis égarées de sa tribu qui, sans gêne, font l’apologie de la confrontation entre tribu et communauté de la Tshopo. » insiste Tshopo Telema,

Et d’ajouter: au gouvernement national

De prendre les choses en mains et mettre fin au flou entretenu au dessin par le gouverneur déchu, qui par sa politique de terre brûlée veut embarrasser toute la province. »

À Walle LUFUNGULA, ils lancent quelques appels fermes:

Arrêter avec ses aventures à la tête de la province et de revenir à la raison avant qu’il ne soit tard. De se plier devant les règles démocratiques et de préserver le peu d’honneur qui reste en laissant la gestion de la province entre les mains du gouverneur intérimaire. »

Profitant de cette occasion, les membres du collectif Tshopo Téléma demandent à ABIBU SAKEPELA de tenir sa promesse  »d’eventrer le Boa et de faire comprendre à la population qui est Walle LUFUNGULA et les véritables motifs de sa crainte de démissionner. »

Vous avez le pouvoir légal, prière d’en faire usage. » haussent-ils.

Dans la prospective, ce collectif des mouvements citoyens rappelle la population que la province est noire, il est temps de la soulever. Cependant, ils expliquent:

Les députés ont réalisé la volonté du peuple, celle de déchoir un gouverneur incompétent, autocrate, tribaliste, manipulateur, en rébellion avec l’hiérarchie… soupçonné d’être en coalision avec les miliciens Mai-Mai. »

Pour rappel, depuis sa dechéance du 15 Avril, Walle LUFUNGULA est toujours en fonction. Le Télégramme de l’ex ministre de l’intérieur, signé le 22 Avril, est encore sans effet. Celui qui devra assurer l’intérim reste à son domicile, sans fonction.

Rédaction

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.