Grève à l’ESU : Le ministre Nzangi saisi des problèmes « sérieux » de la Tshopo

En séjour à Kinshasa, 4 représentants du secteur de l’Enseignement Supérieur et Universitaire ont été reçus, la soirée de ce vendredi 14 janvier, par le Ministre Muhindo Nzangu, patron de l’enseignement supérieur en République Démocratique du Congo.

Avec le Professeur Grison-Trésor Kakumbi, secrétaire de l’Association des Professeurs de l’UNIKIS, Professeur Norbert KALINDULA, membre de cette association, les Chefs des Travaux King Lombeya et François LISALU, respectivement Président de l’ASUKIS et Président de SYNACASS, Muhindo Nzangi a été informé des vrais problèmes, contenu des revendications, des classes dont ils sont représentants.

Au sortir de cette rencontre, le secrétaire de l’APUKIS, Professeur Grison Kakumbi a fait savoir que les négociations entre le gouvernement et les grévistes débutent d’ici la semaine prochaine. Ainsi donc, toutes les recommandations issues des travaux avec toutes les provinces représentées et remises au Premier-Ministre Sama LUKONDE seront traitées en faveur de tout acteur de l’enseignement supérieur et universitaire.

La réussite des négociations affecteront l’année académique 2021-2022 dont le lancement a été donné, cependant les activités n’ont toujours pas débuté dans nombreux établissements de l’ESU.

De ce fait, pour réussir cette étape décisive entre les parties dans la négociation, le CT KING LOMBEYA, président de l’Asukis, cité par rfmtv.net, pense que les participants à ses assises doivent travailler dans l’unité, afin d’aboutir à des conclusions qui soulageront chacun des concernés.

« L’élégance, la convivialité et le réalisme devront guider les acteurs de ce dialogue ».

Cette question a été soulevée, il y a quelques jours, par le Professeur Billy Bolakonga qui soutient que les professeurs ne sont pas fermes dans leur décision concernât la grève. Ce qui passe pour une vérité incontestable car dans d’autres universités, les enseignements de l’année académique 2021-2022 se poursuivent déjà.

C’est depuis le 5 janvier que la grève sèche de la part des Professeurs a été décrétée et celle des Chefs des Travaux et Assistants est illimitée.

Par Gaston MUKENDI

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.