Gouvernemnt Sama: Ève Bazaiba, le dilemme !

Le gouvernement de l’Union Sacrée, tant attendue, est finalement sortie faisant un nombre réduit des ministres, dont 80% de nouvelles figures, 47% des nominés jeunes et une représentativité de 27% de femmes.

Cependant, l’avenir des plusieurs familles politiques s’assombrissent par la nomination de leurs sonneurs d’alarme, ceux qui aboyaient les plus contre le pouvoir en place, qu’ils considéraient insatisfaisant.

C’est le cas par exemple de la vive sirène d’alarme de l’opposition, Ève BAZAIBA, nommée vice-premier Ministre de l’Environnement, qui se retrouve au four et moulin, et qui s’est réservé jusque là d’expression, suite à sa nomination au gouvernement qu’elle considérait elle-même, dans une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux, des « corruptibles, » des « corrompteurs » et des « corrompus. »

Cependant, face à cette nomination tacite vient clouée l’élu de Basoko dans la province de la Tshopo dans un dilemme. Aucune réaction, malgré plusieurs messages de gratitude lui adressée par ses siens.

L’on se demande si cette nomination était-elle prévisible? personne ne s’y attendait. Que fera-t-elle finalement ? C’est un dilemme qui s’ouvre dans le chef de la nominée.

Des intentions de rapprochement de Bemba dans l’union sacrée et des rencontres avec le premier Sama Lukonde ont laissé à penser d’une probable nomination d’une des figures du MLC.

Bref parcours d’une dame de fer

Devenue militante de l’UDPS en 1988, Ève Bazaiba a plusieurs fois été arrêté sous le régime dictatorial du Maréchal MOBUTU, quatre jour d’emprisonnement sous Mzee Laurent KABILA et poursuivie en justice sous KABILA Joseph.

Arrivé en 2002, elle participera aux pourparlers de Sun City qui ont mis en place le gouvernement de transition qui a conduit aux élections de 2006, qui lui valut entre 2004 et 2007 secrétaire générale pour l’Afrique au comité international pour l’observation et l’application de la charte africaine sur les droits des hommes et des peuples dans le cadre de lutte contre les violences sexuelles sur les femmes lors des confits armés, dont l’objectif est de faire connaître cela comme des crimes contre l’humanité et élue en cette même au sénat en tant que membre du MLC.

Successivement élue député nationale de la Tshopo, Ève BAZAIBA est très connue pour sa brillante participation dans l’opposition au côté d’Étienne TSHISEKEDI, le sphinx de Limete et de Martin FAYULU au sein de LAMUKA pendant la période ante et post-élections du 31 décembre 2018

La nomination de Ève BAZAIBA comme Vice-Premièr Ministre de l’Environnement, est la toute première de son carrière politique au sein de l’opposition.
Acceptera-t-elle avec ceux auxquels elle s’est toujours opposée ?

Wait and see !

Gratius WANDJA

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.