EXCLUSIF / Un sujet chinois et DG d’une société minière poursuivi pour « adultère » à Kisangani

C’est un gros scandale qui dénude l’immoralité des expatriés chinois dans les carrières minières en RDC.

Mr TANG, un étranger d’origine chinoise et Directeur Général d’une société d’exploitation minière Xiang Jiang Mining, installée fortuitement à Mongandjo, dans le territoire de Basoko (Tshopo) est activement poursuivi en justice pour « adultère », commis à Kisangani, chef-lieu de la Tshopo.

Monsieur TANG et ses employés de la société minièreXIANG JIANG MINING

Bizarrement, les faits à notre possession accablent TANG. D’après une source proche du dossier, une femme légitimement mariée depuis novembre 2012 à Kisangani et mère d’au moins deux enfants, a été miraculeusement portée disparue depuis le 04 avril 2021 abandonnant son foyer et ses enfants. Elle a été retrouvée et arrêtée dans l’adultère avec un sujet Chinois du nom TANG BIAOHONG, avec même une enfant du sexe féminin né en janvier 2022 à la Polyclinique du Millénaire. Le bébé porte un nom chinois BIAOHONG TANG SONIA, d’après une attestation de naissance consultée par Kis24.info

Certificat de naissance de l’enfant BIAONGA TANG SONIA délivré à Polyclinique du Millénaire de Kisangani en janvier 2022 ©câbles

Devant des faits déjà accomplis et des actes graves consommés, l’homme légitime de ladite dame n’a pas hésité à porter une plainte contre l’étranger chinois. Cependant, une parodie burlesque s’observe dans le dossier. La justice qui a déjà émis un mandat d’amener contre TANG, depuis le 29 juillet, n’a jamais mis la main sur le chinois. L’homme s’éclipse et corromprait financièrement toute personne sur son chemin révèle une source sous anonymat.

Le 05 août dernier, la femme a été jetée à la prison centrale de Kisangani seule pendant que le sujet Chinois, père de sa fille est activement recherché par la justice congolaise.

D’après des indiscrétions, Tang ne veut pas se présenter et sape la justice congolaise. Et en même temps, il joue avec des billets de banque.

De son côté, la victime reconnaît d’avoir resté avec ses deux enfants légitimes depuis plus d’un an sans leur mère, dont le plus petit était resté à l’âge de deux ans et 4 mois. Cependant, affirme-t-elle, en sa qualité de Responsable d’une Division dans la Province de la Tshopo n’acceptera jamais une telle humiliation dont il est victime par un sujet étranger dans son propre pays.

Monsieur TANG et sa fille Sonia TANG en famille. ©Câbles

Pour lui, il demande l’intervention des services spécialisés, enfin que le bourreau se courbe devant la justice congolaise avant qu’il ne puisse quitter Kisangani.

Mr TANG est le Responsable de la Société chinoise XIANG JIANG MINING, Œuvrant dans le secteur de Mongandjo, en territoire de Basoko, dans la Tshopo. Dans la foulée, cette société chinoise est plusieurs fois accusée des faits illégaux et est illégitime dans la région. La population locale qui ne voit pas son intérêt dans l’exploitation des mines d’or de sa propre terre (richesses) ont maintes fois manifesté contre ces chinois. La grande rivière de Aruwimi où est installée des draguets robots a déjà changé de couleurs, imposant des conséquences graves contre les autochtones. Aussi, des poissons n’y sont plus.

Dossier à suivre !

Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.