Dossier Bukangalonzo : Dans le viseur de la justice, Matata Ponyo demeure « ferme » (Communiqué)

Invité au Parquet Général près de la Cour d’Appel, l’ancien premier ministre congolais Matata Ponyo Mapon a, dans un communiqué de presse rendu public Jeudi 12 août 2021, éclairci la lanterne sur des questions en rapport avec le motif de sa présence dans cette instance judiciaire.

L’actuel sénateur, élu du Maniema, fait objet des poursuites judiciaires depuis des graves révélations au tour du dossier de Bukangalonzo. Il d’ailleurs été auditionné le 09 août dernier. Après cette comparution devant la justice, Matata souligne que tout au long de l’audition qui a fait objet d’un procès verbal contresigné par lui, le Procureur Général a voulu lui interroger sur le parc Agroindustriel de Bukanga Lonzo.

Couvert par les immunités parlementaires, l’ancien Premier-Ministre affirme qu’il s’est interdit de répondre à toutes questions en rapport avec Bukangalonzo. Comme si cela ne suffisait, M. « Macroéconomie » annonce qu’il a également été sollicité de revenir devant la justice pour ce même dossier.

 »Même lorsqu’il m’a été demandé de prendre l’engagement de revenir comparaitre après le soins appropriés à l’extérieur, j’ai réitéré les mêmes termes de mes précédentes déclarations… » écrit-il dans ce communiqué de presse parvenu à Kis24.info

Matata interdit de quitter le pays

Par ailleur, s’agissant de la restriction de ses mouvements à l’extérieur et à l’intérieur du pays, Matata Ponyo insiste sur le respect de la décision du sénat n’autorisant pas des poursuites judiciaires contre sa personne.

En outre, il rappelle que la l’État de Droit implique le respect de mouvement sans aucune destruction. Pour le cas des sénateurs, il s’appuie sur l’article 220, alinéa 1 du Règlement d’Ordre Intérieur du sénat. Aussi, il soulève le respect des décisions prises par chaque institution, au nom de la séparation des pouvoirs.

Malade depuis un certain temps, Matata s’est d’ailleurs dit empoisonné. Depuis lors, il compte quitte le pays pour des soins appropriés à sa santé. Mais là justice lui refuse ce droit. Dans ce même communiqué, l’ancien proche de Kabila veut l’implication du président de la République pour qu’il obtient le droit de se faire soigner à l’extérieur du pays.

Notons qu’il y a peu, Matata Ponyo a été victime d’une incursion d’hommes armés à son domicile. Selon lui, la cause de cette belligérance policière reste le refus de répondre à un mandat de comparution qu’il a jugé « illégal » sur le dossier Bukangalonzo.

DavidGaston MUKENDI

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.