Difficile situation des enfants dans la Tshopo : L’appel pressant du PARDE

En marge de la journée de l’enfant africain, une journée internationale organisée chaque année depuis le 16 juin 1991 par l’Organisation de l’unité africaine, en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leurs droits à Soweto (Afrique du Sud) par le pouvoir de l’apartheid le 16 juin 1976, le Parlement des Enfants et Jeunes de la Tshopo (PARDE) a lancé un appel pressant à toutes les communautés tant internationales, nationales et locales afin de prendre à cœur la situation des enfants qui dégringole du jour le jour dans la province de la Tshopo en particulier et en RDC de manière générale.

À l’occasion, le PARDE/Tshopo invite la communauté internationale de s’impliquer pour rétablir la paix à l’Est de la RDC.

« Que les autorités du pays et de la Tshopo puisse voir la situation des Enfants de la rue et tous les autres qui sont en difficulté », a confié Fabrice Debo, Coordonnateur provincial de la dite stucture, lors d’un point de presse tenu mercredi devant la bibliothèque de l’UNIKIS.

Pour sa part, l’honorable Charles Kezipame, a, au nom de tous les enfants, demandé aux autorités de protéger et promouvoir les droits des enfants pour prévenir les dangers qui guettent ces derniers.

Les parlementaires d’enfants et le Gouverneur ai, Maurice Abibu ©Gouvernorat

Difficile situation de l’enfant Tshopolais présentée chez Sakapela

Dans cette même perspective, le PARDE/Tshopo a rencontré ce jeudi 16 juin 2022 le gouverneur ai de la Tshopo, Maurice Abibu Sakapela dans l’optique de lui faire part des difficultés que connaissent l’enfant de la Tshopo.

C’était au cours d’une audience que l’autorité provinciale a accordée, à son cabinet de travail, aux membres de cette coordination venue célébrer avec elle, la journée de l’enfant africain pour l’année 2022.

D’après les services de communication au sein du gouvernorat de la Tshopo, le message des enfants Tshopolais à l’occasion de cette célébration et un rapport de visite effectuée, il y a peu, à l’établissement de garde et d’éducation de la Tshopo où des enfants en conflits avec la loi sont détenus, ont été respectivement lue et remis au chef de l’exécutif provincial.

Ledit message appelle l’État congolais à veuiller à ce que tous les enfants jouissent de leurs droits fondamentaux pendant que le rapport fait état des conditions de détention, d’alimentation et des soins de santé précaires de ces enfants en détention dans ce lieu.

La coordination de PARDE a également saisi l’occasion pour présenter à Maurice Abibu Sakapela certaines difficultés, notamment celle liées au manque d’un local et autres avant de solliciter son accompagnement pour la promotion des droits des enfants et jeunes Tshopolais.

Le gouverneur Abibu Sakapela a convié le PARDE et tous les enfants Tshopolais à mettre en profit l’instruction et l’encadrement reçus de leurs parents, à respecter leurs parents, les biens publics et privés afin de contribuer à l’émergence des leurs milieux de vie respective.

Il leurs a encouragé de l’initiative prise de se constituer en Parlement et souhaité une agréable commémoration de la journée leur dédiée.

Serge Sindani

Journaliste Multimédia & Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.