Conférences de Mukwege annulées à l’UNIKIS: Sidéré par les réactions peu orthodoxes, le Prof Kakumbi s’exprime à 4 points

Au cœur de la décision du recteur de l’Université de Kisangani annulant la tenue des conférences scientifiques du docteur Denis Mukwege dans le site universitaire, les réactions ne cessent de tomber. La toile tant Boyomaise que nationale est gravement enflammée.

Une dernière réaction parvenue à Kis24.info est celle du Professeur Doctus Grison-Tresor Kakumbi Belumba qui affûte sa communication à plusieurs points, mais, quatre ont marqué l’esprit. Tout d’abord, le philosophe Kakumbi se dit sidéré par des réactions peu Orthodoxes des certains et s’adresse , à cette occasion, à des niveaux différents. Et après, Doctus Grison-Tresor Kakumbi Belumba recommande que :

  1. Aux trois membres de la Dynamique des Universitaires Congolais, de mettre de l’eau dans le vin. On ne gère pas sur les réseaux sociaux certaines grandes questions de la vie sociale. La panique d’hier nous a mis dans la confusion jusqu’à comprendre que l’on peut trouver des solutions sans s’adresser des propos acides. La manipulation de l’opinion sans utiliser le vrai mot d’échange avec le comité de gestion nous a plongé dans le ridicule et le mépris total. Je condamne fermement cette campagne de diabolisation non seulement de l’université mais aussi des autorités et de l’image de notre pays. (…)
  2. Au professeur Alphonse MAINDO, politologue de formation et aujourd’hui aspirant à la politique active, je vous prie à la retenue et à la prudence surtout en cette période où vous annoncez vous lancer à la politique. Le grand père Honorable Mboso disait à un député national : « Tala, nyoso ezalaka théâtre te ». vous êtes un aîné rapproché avec qui on a des blagues franches. Mais là, je vous prie de revenir à la raison. Je cherche encore à comprendre comment le Professeur Alphonse Maindo qui a dit dans sa lettre du 5 août 2022 du Recteur de l’UNIKIS ceci : « je salue aussi votre attachement au savoir et à la culture et surtout votre engagement à les promouvoir à l’université de Kisangani à travers des conférences… ». Mais 10 jours après la réponse du Recteur donnant l’avis défavorable à sa requête, il peut encore se contredire en disant ; « j’ai honte d’appartenir à une institution (UNIKIS) sans vision, sans management pour son rayonnement international » (…)
  3. Au Professeur Bily BOLAKONGA, je suis profondément choqué de vos propos d’injure sur les réseaux sociaux contre un collègue Recteur comme vous, un papa de surcroit par rapport à toi, le traiter de moins intelligent c’est très grave. Comment vous trouver des propos pareils venus de vous : « quand des gens sans vision, à faible intelligence prennent justement les rênes des centres d’intelligence, ça donne un cocktail d’incohérences assorties d’inféodation moyenâgeuse. Opprobre ! ». Depuis quand on se permet d’évaluer l’intelligence d’un Recteur sur base de sa capacité à dire oui ou non à une conférence d’un collègue Professeur ? Depuis quand on évalue le niveau d’intelligence de celui qui n’est même pas de votre domaine ? Un agronome que vous êtes qui évalue l’intelligence d’un philosophe qui l’a enseigné et dont on connait les détails cher frère, ça donne à penser. L’injure est l’arme des gens à bout d’argument. Je vais vous voir détruire les arguments du Recteur de l’UNIKIS mais pas l’injurier cher nouveau politicien de l’opposition. (…)
  4. A monsieur le Professeur Denis Mukwege, Prix nobel de la paix 2018 et notable de ce pays, soyez le bienvenu chez vous à Kisangani et que vous devez croire que l’Université de Kisangani vous porte et nous sommes mobilisés et nombreux à vous accueillir. Je ne crois pas que l’on peut refuser à un professeur d’arriver à l’Université.
    J’ai juste un souhait à vous demander : d’aider nos trois frères des Dynamiques des Universitaires Congolais de Kisangani à faire la paix avec le comite de gestion de l’Université de Kisangani pour les incidents enregistrés durant ces deux jours où les propos acides ont fait le buzz sur les réseaux sociaux, fragilisant ainsi nos liens sociaux. Qu’ils fassent la paix avec leur entourage respectif s’ils doivent continuer à accompagner un homme reconnu de paix comme vous. Il n’est pas tard de faire le bien et surtout de faire la paix. En votre qualité d’ainé, de pasteur, de Mwalimu mkuu wa juu sana ya kawaida et surtout de Prix Nobel de la Paix, je vous prie de nous apporter cette paix et de nous laisser en paix après votre passage tant attendu. (…)

Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.