Beni: les enseignements « clandestins » ont repris malgré l’interdiction des activités

Une dizaine d’élèves se sont rassemblés ce lundi 1er février 2021, à l’Institut Bungulu au Centre ville de Beni au Nord-Kivu.

Les élèves avaient appelé à la reprise des cours ce lundi lors d’une manifestation tenue le week-end dernier sollicitant la reprise des activités scolaires. Ces apprenants s’étaient donné rendez-vous ce 1er février à l’Institut Bungulu.

Déjà tôt le matin, ces élèves ont occupé quelques salles de classes pour reprendre avec les cours. Curieusement, les cours sont dispensés par des certains de leurs collègues qu’ils présentent comme des enseignants.

Très attentifs et attentionnés, ces élèves suivent ces enseignements « clandestins. »

Pour les organisateurs de cette activité, ce signal vise à appeler le gouvernement congolais à autoriser la reprise des cours dans les zones où les cas de la COVID-19 n’ont pas été rapportés.

 » Nous sommes venus répondre à l’appel que nous avions lancé le week-end dernier dans notre marche demandant la reprise des cours. Voilà que nous sommes là en respectant les gestes barrières contre le Coronavirus. On a assez avec la fermeture des écoles alors que d’autres activités fonctionnent normalement » a dit l’un de ces élèves à Kis24.info

Dans un mémorandum déposé à l’hôtel de Ville le week-end dernier, les marcheurs dénonçaient la suspension des cours par le gouvernement suite à la pandémie du Coronavirus alors que d’autres activités fonctionnent normalement notamment les églises, les bars et les marchés.

Pour ces élèves, le bel endroit où l’on peut apprendre les mesures préventives contre cette maladie reste le milieu éducatif.

Les manifestants s’étaient convenus de reprendre le chemin de l’école le lundi 1 février 2021 avec ou sans l’autorisation du gouvernement congolais.

 » En attendant que le gouvernement autorise la reprise des cours suspendus depuis décembre dernier nous allons regagner le chemin de l’école ce lundi 1 février 2021. Nous appelons tous les élèves à répondre à ce rendez-vous,… » peut-on lire dans ce document.

Cette marche est partie de l’Institut Kalemire pour chuter à la mairie de Beni. Elle s’est clôturée sans aucun incident.

Jonathan KATALIKO

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.