Beni: La LUCHA s’insurge contre la détention de ses militants et parle d’une « complicité » des autorités

Dans un communiqué signé ce 4 avril, la Lucha section Kasindi, territoire de Beni, dénonce la passivité de la société civile et la complicité des autorités dans la détention de ses 9 militants à Béni dans la prison de KANGBAYI.

 » Nous, Lucha section kasindi, dénonçons, à travers ces lignes l’opacité dans le dossier vide de nos neuf militants qui sont pour l’instant en prison centrale de kangwayi et qui nous reste jusque là statique. »écrit-elle.

Ce mouvement citoyen note que les accusations portées en charge à ses jeunes n’ont aucune preuve, et surtout que leurs actions s’alignent derrière la lutte pour la paix.

 » Accusés de Rébellion et provocation et incitation au maquement à l’autorité publique detenus depuis mardi le 23/mars, aucun élément ne jusque là réuni pour en prouver. Et pourtant c’est dans l’action pacifique nommée qui se traduit donnes moi la paix et moi je te paye des taxes et impôts »

Selon cette note, la Lucha accuse le fonctionnaire délégué du gouverneur dans la cité frontalière de Kasindi. Celui-ci est accusé d’être l’élément moteur de cette arrestation.

 »…avant même l’action selon le propos de l’autorité locale tenue à la radio précisant que notre action sera son match contre notre mouvement et que nous serons à Beni; sitôt promis sitôt fait. »

L’autorité locale n’est pas la seule a être accusée, ces jeunes dénoncent également  »la complicité des certains officiers du ministère public qui machinent contre eux et glacent ainsi ce dossier. »

La même journée de leur arrestation, ses 9 militants de la paix ont été acheminés à Beni. En prison, leur condition de vie sont très précaires. 4 d’entre eux sont déjà malades. Aucune assistance n’est possible pour le moment. À cet effet, la Lucha demande à la justice de tabler sur ce dossier le plutôt possible.

 » A la justice de trancher ce dossier au plus vite possible sans être empoché par le comité local de sécurité de kasindi. Et à l’autorité locale de kasindi et son comité de sécurité de revoir le droit à la manifestation. »

À la société civile du groupement Basongora qu’elle considère  » traître  » de revenir à la raison en n’oubliant pas qu’elle est aussi un groupe de pression au même titre que nous.

Suite à l’insécurité qui prévaut à Beni, plusieurs mouvements citoyens ont lancé l’opération  » NIPE AMANI NILIPE TAXE » C’est en date du 23 lors d’une manifestation soutenant cette opération que ses 9 militants étaient arrêtés et acheminés en prisonnier de guerre au camp militaire quatre heures avant d’être transférés au parquet civil à Beni le même jour où ils étaient attendus.

DavidGaston Mukendi

Steves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.