5 choses à savoir sur Nikomba, la femme « candidate » pour réédifier la Tshopo

Dernièrement, les tirades déplacées entre les institutions politiques provinciales ont taraudé plus d’un citoyen. Une longue crise politique qui a secoué la plus grande province de la RDC. Plus près de deux ans sans équilibre, la Tshopo devra changer son narratif. Voilà les élections d’un nouveau porteur d’espoir profilent. Mais dans le peloton des candidats rêvant d’être investis par les Tshopolais, Madeleine Nikomba Sabangu porte, pour certains, une figure de proue pleine de valeur « morale » et « politique ».

Est-il temps d’élire une femme comme gouverneure dans la Tshopo ? Pourquoi voter pour une femme à la tête du gouvernement provincial de la Tshopo ? Y’a t-il des raisons évidentes pour soutenir cette cause ? Toutes ces questions paraissent d’emblée embarrassantes mais la réponse est claire et évidente. Dans cet article, l’auteur tente de vous emballer dans le réel, en révélant 5 choses à savoir sur Madeleine Nikomba, actuelle sénatrice et membre de la commission de relation avec les institutions provinciales au Sénat.

Une femme, leader politique

Prix du Leadership féminin gagné à Abidjan 2021

«comment voulez-vous accorder la chance à un homme de diriger la Tshopo là où ses prédécesseurs ont lamentablement échoués pendant des décennies ?» s’est interrogée, d’emblée, une Boyomaise.

Meilleure élue des élus de la Tshopo devant une élection sénatoriale serrée, Madeleine Nikomba veut débarquer de la chambre haute du parlement à la tête de l’exécutif provincial de la Tshopo afin de réédifier sa province, longuement réduite sur l’échiquier national et international.
Depuis lors, elle fait face à une ascension fulgurante très remarquable dans sa carrière politique. Au sénat, c’est la Tshopo qui est dans son cœur.

Négociatrice

Pas du genre expansif, la Madeleine est surtout connu du grand public pour avoir mené les négociations sur tous les chemins auprès d’investisseurs afin de relever sa province. Devant le gouverneur déchu Walle Lufungula, plusieurs investisseurs ont fait des tours au gouvernorat voir à Kinshasa grâce au carnet propre de la sénatrice, (les Coréens, rencontre Walle-Omari, etc). Ce superjob l’a ancré dans le club des vrais défenseurs des intérêts de la Tshopo et lui a attiré les foudres de la presse.

Souverainiste et rassembleuse

Dans une Tshopo aussi traversée par des vents inextricables notamment la fameuse CONGOLITÉ renvoyant à la TSHOPOLITÉ, etc. La Dada nationale peut se muer en boulet. Qu’à cela n’en tienne, Madeleine Nikomba, candidate, s’encanaille et se focalise sur les questions rassembleuses. Ces sujets ne font pas un menu dans sa bouche. Seule l’intérêt de la Tshopo prime pour elle.

« Ce n’est pas une faiblesse d’accepter d’être dirigé par un Kayembe, un Kasereka, un Katumbi ou Fayulu. C’est la reconnaissance de la compétence. Il faut la méritocratie et qu’on place la compétence avant tout », commentait Me Elly Kayembe, dans une interview accordée à la presse en Juillet dernier.

Dans la foulée, sur initiative de la sénatrice Madeleine Nikomba, l’hôtel Pullman de Kinshasa a servi de cadre à des travaux en faveur de la province de la Tshopo les 13 et 14 août 2019. Elle a ainsi exprimé sa vision salvatrice devant les députés provinciaux.

Flegmatique, régulatrice et collective

Auprès d’elle, n’attendez pas pour autant une punchline (phrase choc) en retour. Une femme bien connue a des démarches calmes.

Il en souviendra de rappeler que depuis l’époque de Médard Autsai Asenga jusqu’à Me Louis-Marie Lufungula, les Tshopolaises et Tshopolais ont été désabusés par des crises à répétition au sommet des institutions provinciales. Tous ces hommes qui portaient les espoirs des filles et fils de cette plus grande province de la RDC n’ont fait qu’aider la Tshopo à poursuivre sa cause vers sa désintégration Socio- économique.

En effet, depuis 2006, tous les projets initiés pour la Tshopo ont lamentablement échoué en commençant par la cimenterie, l’hôtel du gouvernement provincial, la modernisation du stade Lumumba, la rénovation de la voirie urbaine, l’électrification de la ville etc. « comment pouvez-vous vous imaginez que jusqu’à ce jour, plus de 20 ans passés, tous les gouvernements provinciaux qui se sont succédés aient montré leur incapacité à réparer n’est fût ce que la toiture de l’hôtel de la poste emportée par le vent ?» s’interroge sous anonymat, un journaliste d’investigation.

Au vu de sa volonté de faire, palpable dans ses actions à Impact visible, la flegmatique Nikomba voudra réguler les esprits, une fois aux affaires.

Visionnaire

Réception des Laparoscopes dotés par la Corée au CH shoukrani

Malikiah a ses visions salutaires pour la Tshopo. Depuis son bas âge, elle n’a cessé ses rêves pour un grand Congo, bâti et prospère.

Malheureusement, l’unique héritage que les hommes laissent à la tête de sa province se sont des querelles byzantines qui plombent le décollage Socio-économique de cette riche province. Flattée de ses compétences, Madeleine Nikomba s’illustre en larder sur plusieurs lignes. Elle a toujours donné sa voix pour les autres, son brillant passage estudiantin à l’Université du Cepromad/Kisangani en est une vive illustration. La prise en charge des soins d’un enfant atteint par une maladie de tumeur, sans citer plusieurs actions grandioses réalisées par-ci par-là généralement en RDC et dans la Tshopo en particulier.

Dans cette aubaine, il est donc grand temps de changer le fusil d’épaule en offrant à une femme la chance de venir essuyer les larmes des Tshopolais. Une femme bien connue par les honorables députés provinciaux, une femme à la tête de cette immense et riche province qui évitera une sorte de tempête d’imbroglio doublée de manque de volonté politique pour tirer la Tshopo du bourbier dans lequel les hommes l’ont enfoncé à dessein en se servant sur le dos de la population.

Une femme bien connue à travers ses œuvres sociales et de développement, prête à apporter son expertise pour le bien-être de tous. Donc une femme leader politique proche de la population à travers ses réalisations.

Redaction

    1. Honnêtement cet article nous révèle beaucoup d’actions sur la personne de Madeleine Nikomba Sabangu, la Tshopo devra encore une fois tenter le génie d’une femme brave et potentielle comme celle-ci.

  1. Elle a la volonté et elle est déterminée dans son vouloir de matérialiser non seulement son savoir être et faire au bénéfice de la Province mais aussi ses actes et en parlent déjà et elle peut encore faire mieux …

  2. Nous tshopolais et tshopolaise nous avons besoin d’une femme avec Une tête bien faite et Une mental engagé et madame Madeleine Nikomba est mieux placé pour ce profil car c’est une femme qui ne fait jamais les choses en moitié .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.